Le bout du tunnel

Paris, le samedi 22 février 2014 – On admire souvent avec un peu d’incrédulité le courage de ces êtres meurtris par l’existence qui parviennent pourtant à conserver le désir de s’inventer une destinée. S’ils y parviennent, c’est que souvent ils sont guidés par un but, qui devient leur première raison de se battre, leur objectif au bout du tunnel. Bien que né dans une famille royale, Albert, duc d'York, n’était pas appelé à régner, non seulement en raison de son ordre dans la succession au trône, mais également à cause de sa santé fragile et d’un lourd handicap pour un roi : un bégaiement très marqué. Mais lorsque les aléas de l’histoire en décident autrement, lorsque son frère (Edouard VIII) abdique, il se retrouve face à lui-même, face à ses fêlures, face à un pays tout entier qui l’attend. Il aurait pu choisir de n’être qu’un roi fantôme, un prince du silence. Mais la guerre le pousse à combattre son handicap. C’est l’histoire racontée dans le très beau film « Le discours d’un roi », diffusé le jeudi 27 février sur France 3. On y découvre comment avec l’aide d’un spécialiste du langage (campé par Geoffrey Rush), aux méthodes parfois peu conventionnelles, celui qui prendra le nom de George VI en montant sur le trône  (interprété par l’excellent Colin Firth) a pu prononcer lors de la déclaration de guerre un discours resté dans toutes les mémoires, tout en dépassant ses propres peurs.

Passe ton bac d’abord

Siméon n’a rien d’un petit prince et sa vie est loin de se dérouler dans l’ambiance feutrée des palais. Après avoir perdu ses parents, il se retrouve placé dans un foyer à l’âge de 14 ans avec ses trois sœurs. Mais, bientôt fait irruption dans sa vie un demi-frère ainé qu’il connaissait peu et qui d’abord de mauvaise grâce, puis finalement enthousiaste, va le prendre sous son aile. C’est lui, Barthélémy, qui découvre que Siméon présente d’étranges tâches sur les bras. Le diagnostic tombe : leucémie. Comme George VI, malgré la maladie, Siméon va rester farouchement accroché à son objectif. Elève brillant, inscrit en terminale à 14 ans, il se concentre sur l’obtention de son baccalauréat. C’est l’histoire (entre autres péripéties touchant cette famille) racontée par le spectacle « Oh Boy ! » proposé par la compagnie du Phare que l’on retrouve de février à mai sur les scènes de plusieurs villes de France et notamment à Guingamp les dimanche et lundi 23 et 24 février.

Chante un slam d’accord

Grand Corps Malade pourrait sans doute écrire pour George, pour Siméon, une chanson évoquant leurs doutes, leurs douleurs, mais plus certainement leur victoire. Le texte est peut être même déjà écrit et s’appelle « Le bout du tunnel ». Il raconte l’histoire de Laurent, dont la vie fut parsemée d’épreuves : la violence, la prison, la séropositivité mais qui parvint pourtant, lui aussi à force de volonté de redessiner sa vie, à s’inventer une destinée en écrivant un livre sur son histoire et en devenant le père d’une petite fille. Le chemin de Laurent ne pouvait que toucher Grand Corps Malade dont on connaît le parcours difficile (il a été gravement blessé après avoir plongé dans une piscine vide, traumatisme qui a nécessité une longue rééducation et qui le laisse encore aujourd’hui en partie handicapé) et dont on sait également la très grande réussite, grâce à son obstination tranquille. Depuis le début de l’année, le sympathique Fabien Marsaud entame ses slams rythmés dans de nombreuses villes de France et par exemple le 5 mars à Brest. A l’occasion, ses concerts sont marqués par la présence de l’association « Sourire à la Vie » qui permet à de jeunes enfants ayant été longuement hospitalisés (et pouvant encore l’être) de monter à leur tour sur scène.

Reste maître à bord

Le monde de l’hôpital, on le retrouvera dans la seconde saison de la série documentaire proposé par TF1 qui se plonge en immersion dans un service d’urgences. Depuis le 20 février, on découvre ainsi tous les jeudi, tard dans la nuit, les difficultés, les dilemmes et les exploits auxquels sont confrontés les médecins, tels Henri l’urgentiste ou Joël le pédiatre. Là encore, il n’est question que de vies qui paraissent être brisées et de destinées à réinventer.

 

Télévision
« Le discours d’un roi », France 3, le jeudi 27 février, 20h40
« 24 heures aux urgences », TF1, le jeudi 27 février, 00h10


Théâtre
« Oh boy », d’après le roman de Marie-Aude Murail, spectacle d’Olivier Letellier, tournée dans toute la France, renseignement à l’adresse : http://theatreduphare.fr/tournee.htm


Musique
Grand Corps Malade, tournée dans toute la France, renseignement à l’adresse : http://www.grandcorpsmalade.fr/concerts/

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article