Parcours avec obstacles

Paris, le vendredi 5 juillet 2013 – Ce n’est sans doute pas pour cela qu’il faut les voir, les lire, les entendre mais, comme les voyages, il arrive que les œuvres cinématographiques, littéraires, musicales « forment la jeunesse ». Elles se présentent en effet souvent comme des « parcours initiatiques » tant pour leurs auteurs que pour leurs spectateurs.

Le voyage de Marianne en Afrique du Sud, l’été 1968, va de fait bouleverser sa vie. Engagée pour six mois en tant que professeur de lettres au Cap, la jeune femme va être confrontée à cette société minée par la ségrégation. Mais dans « Un été blanc et noir » dont le titre fait référence au roman de l’écrivain sud-africain André Brink, « Une saisons blanche et sèche », Frédéric Couderc ne se contente pas de nous décrire l’univers de ce pays à la fin des années soixante. Il mêle également la grande et la petite histoire. La passion que vit Marianne pour un médecin sud-africain va en effet la propulser devant les flashs du monde entier quand Christian Barnard, réalise la première transplantation cardiaque ! Mais le célèbre chirurgien, connu pour ses frasques amoureuses et son charme légendaire n’est pas l’unique icône que Marianne croisera sur sa route : elle participera également à la tentative d’évasion d’un certain Nelson Mandela de la prison de Robben Island.

Touchant

L’histoire de Marianne apparaît donc comme un prétexte utilisé par Frédéric Couderc pour se plonger dans l’histoire fascinante de l’Afrique du Sud dans la deuxième partie du XXème siècle. De même, dans « Jeunesse », Justine Malle fait de son histoire personnelle (la mort de son père, le réalisateur Louis Malle lorsqu’elle avait vingt ans) une leçon universelle .On retrouve dans le premier film de Justine Malle, 39 ans, l’acteur Didier Bezace qui interprète avec justesse un homme au sommet de sa gloire frappé par une maladie dégénérative qui l’emporte rapidement. A la différence des autres proches du malade, Justine Malle refuse d’accompagner son père, de l’entourer de tendresse. Elle rejette le handicap qui s’installe. Le film est le récit de ce conflit entre le déchirement de voir mourir le père et la brûlure de la jeunesse. « Avec mes velléités d’indépendance, j’avais le sentiment obscur d’y être pour quelque chose d’avoir en quelque sorte désiré cette mort pour avoir voulu symboliquement tuer le père » raconte-t-elle.

On peut toucher

Tous les parcours ne sont pas des miroirs tendus où se reflètent la détresse et la disparition. Ils sont aussi des découvertes. C’est ce que propose depuis le début de la semaine le Musée de la Musique à Paris, qui offre aux jeunes (et moins jeunes) visiteurs un parcours sonore et visuel adapté aux personnes handicapées. L’objectif est de permettre à tous, notamment aux aveugles et aux sourds, de ressentir les vibrations de cinq instruments : la viole, l’orgue, la trompette, le thérémin et la sanza. Soutenu par la Fondation Orange, le Fonds Handicap et la Société et la Fondation France Télévisions, le parcours « Touchez la musique » permet une initiation ludique, rarement mise en œuvre.

Sans avoir l’air d’y toucher

Pas de viole ou de trompette au théâtre du Casino municipal de Biarritz le dimanche 7 juillet, mais un piano animé par Marina Pacowski et une contrebasse effleurée par Thierry Barbe. Les deux interprètes proposeront à leurs auditeurs un parcours romantique à travers les œuvres de Schuman, Debussy ou encore Strauss. Leur concert sera donné au profit de la lutte contre la Sclérose latérale amyotrophique et sera précédé d’un discours du docteur Valérie de Broglie, directrice de la Fondation Thierry Latran qui évoquera le parcours si difficile des malades.

 

Roman : « Un été blanc et noir », de Frédéric Couderc, Flammarion, 315 pages, 20 euros.

Film : « Jeunesse », de Justine Malle, sortie 3 juillet, 1 h 15.

Exposition : « Touchez la musique », depuis le mardi 2 juillet, 221, avenue Jean-Jaurès 75019 Paris.

Concert : Marina Pacowski et Thierry Barbe interprètent entre autres Strauss, Debussy et Rachmaninov, le dimanche 7 juillet, 19 h, Théâtre du Casino Municipal, 1 Boulevard du Général de Gaulle, 64200 Biarritz.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article