Poétique de la médecine

Paris, le samedi 19 octobre 2019 – L’écoute du patient est à la médecine ce que l’herméneutique est à la poésie. Décrypter derrière les mots et les formulations les sens dissimulés. Comprendre l’importance des respirations et des silences. Résister à l’éphémère de la parole, en recueillant avant sa disparition, les essentiels.

Havre d’écoute

C’est ce que nous suggère l’ouvrage du docteur Robert Haïat, A cœur ouvert, publié aux éditions Frison Roche. Dès son titre, le cardiologue suggère combien son livre est un décryptage des symboliques qui émaillent les discours des patients, un constant aller-retour entre le caractère concret du soin et de la médecine et une ouverture d’esprit humaine indispensable pour comprendre le patient. A cœur ouvert est le prolongement de son précédent recueil au titre déjà évocateur Mots patients, mots passants. Il s’agit de la même manière comme l’explique l’auteur dans son introduction de la « retranscription fidèle et minutieuse de propos entendus en consultation ; cette consultation médicale qui reste un havre d’écoute, de réconfort et de soutien pour ceux qui viennent y exposer leurs maux à cœur ouvert, avec leurs paroles mais aussi leurs silences qu’il faut décoder pour mettre en lumière ce qu’ils peuvent ou ne savent pas exprimer ». Ainsi, déjà, le recueil de la parole traduit l’intérêt suscité par les mots prononcés, signale leur importance, en dépit de leur apparence souvent anodine. Parallèlement à cet inventaire délicat, Robert Haïat propose également un classement évocateur et ponctuellement quelques pensées inspirées par les confidences et remarques recueillies.

Avec le temps

Plusieurs des chapitres renvoient à la question du "temps", cruciale en médecine. Contrairement à ce que pourrait laisser croire une tendance au négativisme, les évocations citées par le docteur Haïat témoignent le plus souvent de la dureté des conditions de vie d’autrefois et des progrès réalisés. C’est ce patient qui raconte comment enfant il ne buvait pas d’eau, qu’il fallait puisait à la citerne et qui était donc de mauvaise qualité ou cet enseignant à la retraite qui regrette qu’il n’existait pas à son époque de mouchoirs jetables pour pouvoir gérer les épidémies hivernales. Ces commentaires sur les temps d’hier permettent également de mesurer combien les peurs associés aux progrès ont toujours été présentes. « Mon arrière-grand-mère n’avait jamais accepté de faire entrer chez elle un poste de radio. Tu te rends compte, disait-elle, avoir à la maison une voix qui sort d’une boîte » confie un patient. Ces digressions sur le temps conduisent également à rappeler la subjectivité associée à ce sable qui file et aux ans qui s’ajoutent. Ainsi, une charmante octogénaire soupire dans le cabinet du docteur Haïat : « Ah, si je pouvais vieillir jeune ! », tandis qu’une autre observe : « J’ai l’impression d’être toujours la même dans un corps que je ne connais pas ».

Une relation particulière

Outre ce qu’ils disent du temps, les verbatim d’A cœur ouvert sont également des instantanés qui disent la relation entre les patients et leurs médecins. Des relations qui ne sont pas exemptes d’une certaine distance vis-à-vis des effets de la science et de la technologie. « J’ai de la tension. Alors, ils m’ont fait des scanners, des IRM, des échographies, des tas d’autres examens… mais, Docteur quand est-ce qu’ils vont enfin me soigner ? » interroge ainsi un patient quelque peu circonspect sur la pertinence de certains protocoles. Dans ces pages, Robert Haïat revient sur la brusquerie de certains de ses confrères et rappelle l’urgence de toujours mettre l’humanité au cœur de la relation avec le patient. Et la complexité des enjeux de ce lien, qui loin d’être vertical mais pas tout à fait horizontal, est plutôt une ligne sinueuse et enveloppante, se lit peut-être dans ces quelques mots d’une patiente apportant un présent au praticien. « Mais, Docteur, si je le fais, c’est parce que je suis encore là… et que vous l’êtes également ! ». Le docteur Haïat commente : « Je m’aperçois que je n’avais jamais encore mesuré la signification profonde des cadeaux qui m’ont été offerts ». Une phrase qui permet d’approcher la signification de cet ouvrage qui pour bien des médecins et des patients pourrait être un véritable cadeau.

Robert Haïat, A cœur ouvert, Une exigence d’humanité en médecine, Frison Roche,

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article