Qu’est-ce que tu caches ?

Paris, le samedi 18 mai 2013 – Hollywood raffole de ces films mettant en scène la révélation d’un être à lui-même. Le scénario répond souvent à la même mécanique bien huilée : on découvre caché chez un personnage gauche ou bougon un talent assez exceptionnel qui va lui permettre de s’ouvrir au monde et de briser les obstacles qui l’empêchaient d’aller vers le monde. Ajoutez à cette recette un gentil (ou méchant selon l’humeur) pygmalion et vous obtiendrez une jolie comédie dramatique. « Song for Marion » de Paul Andrew Williams s’inscrit dans cette lignée, mais la tendresse des personnages permet d’oublier que nous suivons un chemin balisé. Dans le rôle du vieux râleur qui cache en réalité une voix merveilleuse (qui va lui ouvrir la voie de la tendresse), l’excellent Terence Stamp qui interprète Arthur est marié à Marion (Vanessa Redgrave). Cette dernière, aussi chaleureuse que son mari est rude, est atteinte d’une maladie incurable. Aussi consacre-t-elle les dernières semaines de sa vie à offrir à Arthur la possibilité d’exprimer la douceur qu’il porte en lui et qu’elle seule sait désarmer. La jeune Elisabeth (Gemma Arteton), professeur de chant pour seniors (qui leur fait fredonner « Let’s talk about sex ») va finir de permettre cette métamorphose. A la fin du film, veuf et dévasté, Arthur ne cache cependant plus rien de sa bonté et de la musique qu’il porte en lui (préparez vos mouchoirs !).

Animal

Ce que l’on cache en soi, souvent de manière inconsciente, peut également se révéler lors de situations extraordinaires. Ainsi, le secret de Kevin Richardson est-il de savoir communiquer avec les lions, tandis que l’organisme de Shaun Ellis semble être parvenu à s’adapter à des conditions de vie animale après des années de vie auprès des loups.

Enfin, Régis Belleville a pu affronter le désert et des chaleurs à plus de 50 °C. Tous ces explorateurs ne soupçonnaient pas avant leur expérience déceler en eux tant de capacités d’adaptation. Dans «

Les pouvoirs extraordinaires du corps humain », le docteur cathodique Michel Cymes et la belle Adriana Karembeu sont allés à la rencontre de ceux qui ont décidé de « retrouver l’animal qui est en nous ». Révélation mardi 21 mai sur France 2 à 20h40.

Ani-mal ou Hannibal (Lecter) 

Mais bien sûr, ce qui est caché n’est pas toujours une vertu ou un pouvoir : le mal, le mal absolu porte également souvent un masque. Dans Purgatoire des innocents, dernier polar de la romancière française Karine Giebel, ceux qui abritent l’âme la plus sombre ne sont pas ceux que l’on croit. Finalement, Raphaël et William, deux cambrioleurs dont le dernier braquage a mal tourné découvrent qu’ils ne sont pas les bandits qu’on affirme en se retrouvant face au véritable visage du crime. Après avoir forcé un médecin vétérinaire à les emmener chez elle pour soigner William, blessé, ils sont confrontés à son compagnon, Patrick, silencieux tueur qui n’a rien à envier aux plus monstrueux « psychopathes » de la littérature policière. Cette confrontation entre les petits braqueurs et la plus profonde aliénation mentale, entre les délits de droit commun et les crimes les plus abjectes, représente l’intérêt majeur de ce roman qui cache bien son jeu !

Rien d’animal

Il n’est pas que les êtres qui décèlent des secrets. La nuit, dans les Musées, des collections inédites se dévoilent. Parfois laissées longtemps dans les archives, elles ressurgissent pour des visiteurs insolites, venus le soir tombé. Ce samedi 18 mai est organisée une nouvelle édition de la Nuit européenne des musées. Partout en France (et en Europe), la culture s’ouvre gratuitement à la nuit, proposant parfois des expositions particulières. Ce sera par exemple le cas au Musée des Instruments de Médecine des Hôpitaux à Toulouse qui ne cachera plus rien de ses trésors pendant quelques heures.

Aurélie Haroche

Références
Cinéma : « Song for Marion » de Paul Andrew Williams, sortie le 15 mai 2013 (1h33)
Télévision : « Les pouvoirs extraordinaires du corps humain. Retrouver l’animal qui est en nous », France 2, mardi 21 mai, 20h40
Livre : « Purgatoire des innocents », de Karine Giebel, Editions Fleuve Noir/Thriller. 592 pages, 20 euros
Exposition : Nuit européenne des Musées, le samedi 18 mai, Musée des Instruments de Médecine des Hôpitaux de Toulouse 2, rue Viguerie, 31050 Toulouse. Informations générales : http://www.nuitdesmusees.culture.fr/

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article