Survivre à la fatalité

Paris, le samedi 19 avril 2014 – On ne pense évidemment pas d’abord à eux lorsqu’on cherche une spécialité médicale combattant la fatalité et en particulier la première d’entre toutes, la mort. Pourtant, grâce aux progrès auxquels elle a fortement contribué dans la connaissance de notre anatomie, dans notre compréhension des causes des décès, la médecine légale a permis au fil des siècles de lutter un peu mieux contre les ombres de notre destinée. C’est ainsi que « Le lecteur de cadavres » trépidant roman d’aventure signé Antonio Garrido n’est en rien un livre macabre. Il est d’abord un livre haletant qui en s’inspirant d’un personnage réel évoque le parcours de Ci Song, dans la Chine impériale du XIIIème siècle. L’histoire tout entière de cet homme est une revanche contre la fatalité. Orphelin très jeune, chassé de son village en raison de l’arrestation de son frère et de l’incendie de sa maison, il doit fuir à travers son pays en prenant soin de sa petite sœur malade. Au bout de ce voyage, un métier sans lumière : fossoyeur. Mais c’est grâce à cette activité que Ci Song va révéler son talent, sa capacité à déceler par un examen minutieux, les raisons d’un décès. Premier médecin légiste de tous les temps, Ci Song devient alors une personnalité reconnue dans le pays tout entier, dont l’expertise sera recherchée notamment par l’Empereur pour élucider une affaire criminelle.

Dans le Grey’s : le syndrome post traumatique

Ci Song aurait-il pu être le héros d’une série policière ? A moins que son personnage se retrouve sous les traits de certains protagonistes de feuilletons hospitaliers. L’un des plus célèbres reprend du service la semaine prochaine sur TF1 qui propose à ses téléspectateurs la saison 9 de Grey’s Anatomy. Ici aussi, les vedettes de la série ont été frappées par le destin. Meredith doit réapprendre à vivre après le décès de sa sœur, Derek voit sa carrière de chirurgien menacée par la blessure qu’il a subie à la main et l’ensemble des médecins de Seattle Grace sont durablement éprouvés par l’accident d’avion survenu peu auparavant. Dès les trois premiers épisodes proposés mercredi 23 avril par TF1, on constate que nos héros n’ont rien perdu de leur superbe et de leur capacité à survivre à la fatalité.

Dans le manuel Merck : la méningite chez l’enfant

Ce sont aussi des survivants, des rescapés d’une destinée qui aurait pu être plus tragique encore, que photographie Anne Geddes. La célèbre photographe dont on connaît les clichés de nourrissons empreints de tendresse et de lyrisme propose une exposition singulière au Drugstore Publicis sur les Champs Elysées. Elle a immortalisé des enfants et des adultes ayant été victimes plus jeunes d’une méningite, dont certains présentent des séquelles graves. Ne sacrifiant pas à son style, Anne Geddes offre des photographies marquées par la poésie et la délicatesse mais qui permettent cependant de délivrer un message fort d’une part sur la possibilité de survivre à la fatalité, mais aussi sur la nécessité de faire mieux connaître cette maladie afin d’aider les familles à agir le plus vite possible.

Dans le livre blanc de la Sécurité routière : la prévention

Si l’exposition d’Anne Geddes souligne que l’art peut faire œuvre de prévention, le dernier film de Coline Serreau « Tout est permis » le met également en évidence. La célèbre réalisatrice de « Trois hommes et un couffin » a consacré un reportage détonnant à la sécurité routière. En donnant la parole aux personnes contraintes de suivre un stage de récupération de points ou de sensibilisation à la sécurité routière, Coline Serreau interroge notre rapport à la voiture, notre rapport aux autres, notre rapport sans doute à la fatalité. N’oubliant aucun aspect de cet enjeu majeur de santé publique, ce film constitue l’une des meilleures campagnes réalisées dans ce domaine. Une campagne qui rappelle que mourir sur les routes ne doit pas être une fatalité.

Roman : « Le lecteur de cadavres », Antonio Garrido, Grasset, 21,50 euros, 616 pages.
Télévision : TF1, Grey’s Anatomy, Saison 9 épisodes 1, 2 et 3, mercredi 23 avril, 20 h 50.
Exposition :  Photos d’Anne Geddes, dans le cadre de la campagne « Protecting Our Tomorrows. Portrait of meningococcal disease », Drugstore Publicis, 133 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris, jusqu’au 29 avril (avant un parcours dans toute la France).
Cinéma : « Tout est permis », de Coline Serreau, sorti le 9 avril, 1 h 36.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article