Tout à apprendre

Paris, le samedi 29 juin 2013 – La beauté du verbe « apprendre » tient d’abord au caractère essentiel de cette action, qui est en partie à l’origine du sel de l’enfance. Epoque bénie où chaque jour est une découverte où le temps de l’apprentissage se mêle quotidiennement à celui de la vie. Et il n’est pas que les parents ou l’école qui peuvent se faire le relais des innombrables « choses » à transmettre, à apprendre.

On peut également rencontrer sur la route « une flotte de camions » venant à la rencontre des jeunes curieux pour leur enseigner de façon ludique les mystères de la science. Tel est l’objet de la manifestation itinérante « Le Science Tour », programme proposé par les organisations « C’est pas Sorcier » et « Les Petits Débrouillards » inaugurée hier à Paris et qui en s’inspirant de la célèbre émission « C’est pas Sorcier » diffusée sur France 3 propose de présenter aux enfants à partir de 8 ans des « expérimentations ludiques ».

Comme on apprend à soigner on apprend à écrire

La beauté du verbe « apprendre » n’est pas uniquement ressentie par celui qui reçoit la connaissance, elle est également la jubilation de celui qui la délivre. On la devine sans difficulté sous la plume du professeur Paul Zeitoun. Après avoir été chef de service de gastro-entérologie, le médecin a écrit trois romans à succès (« La tête, le ventre et le médecin », « Passé englouti » et « Les Hommes en grippe »). Aujourd’hui, il propose un « Guide de l’apprenti romancier » qui par sa pédagogie emprunte aux nombreux ouvrages médicaux qu’il a rédigés tout au long de sa carrière à l’intention de ses étudiants. « Ce livre se situe dans le droit fil de mon engagement dans l’enseignement par l’écrit, la parole et les schémas. Ces derniers, au nombre de 250 environs, illustrent la collection médicale « Abord clinique » de Springer, écrite dans un langage pas loin d’être à la porté du grand public », raconte-t-il au quotidien 20 minutes. Mais au-delà de ces passerelles entre la formation des jeunes médecins et celle des jeunes écrivains, l’ouvrage est une mine de conseils qui passe en revue toutes les étapes de la fabrication d’un livre.

Tel apprend qui croyait apprendre

La beauté du verbe « apprendre » réside souvent dans son double sens. « Les Petits Princes », film de Vianney Lebasque raconte la rencontre d’un entraîneur sportif en fin de carrière, campé par un excellent Eddy Mitchell et d’un adolescent, Jean-Baptiste (Paul Bartel) qui va tout faire pour continuer à jouer au football, et surtout cacher qu’il est atteint d’une maladie cardiaque qui devrait lui interdire la pratique d’un sport de haut niveau. Comme souvent dans ce type de comédie dramatique, le Mentor en apprend presque plus sur lui-même que le Télémaque auquel il enseigne…

Tel est pris qui croyait prendre

La beauté du verbe apprendre peut aussi se lire dans ses zones d’ombre. On apprend en effet parfois à ses dépens. Et apprendre peut également signifier dévoiler, démasquer, délivrer une leçon qui dérange. Dans « Le Journaliste et l’Assassin », de Janet Malcolm (publié pour la première fois dans The New Yorker il y a une vingtaine d’années et qui paraît aujourd’hui en France), le docteur Jeffrey McDonald va apprendre qu’il est parfois dangereux d’accorder sa confiance. Alors qu’on l’accuse du meurtre de sa femme il va en en effet se livrer sans ambages à la journaliste Janet Malcom (puisqu’il s’agit d’une histoire vraie). A l’issue de ces entretiens, la journaliste publie un livre qui, loin cependant d’innocenter le médecin l’accuse sur tous les plans. « Le Journaliste et l’Assassin » est le récit de cette relation masquée où l’on en apprend beaucoup sur la perversité des liens humains.

Aurélie Haroche

Références
Exposition : « Le Science Tour », manifestation itinérante destinée aux enfants à partir de 8 ans, à partir du vendredi 28 juin (http://www.lespetitsdebrouillards.org/Media/prods/prod_6/)
Livres : « Le Guide de l’apprenti romancier », Paul Zeitoun, 227 pages, 15 €.
« Le Journaliste et l'Assassin » de Janet Malcolm, traduit de l'anglais par Lazare Bitoun, Editeur : François Bourin, collection "Washington Square", 216 pages, 20 €.
Cinéma : « Les Petits Princes », de Vianney Lebasque, sortie le 26 juin, 1h30.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article