Toute ressemblance avec...

Paris, le samedi 22 avril 2017 –Les controverses autour de la déformation qu’impose l’art à la réalité sont éternelles. On a notamment vu ces dernières années de nombreuses associations de patients monter au créneau face à la représentation faussée et trompeuse des maladies mentales et en particulier face à la confusion entre schizophrénie et troubles dissociatifs de l’identité (TDI). Le dernier film du réalisateur américain Night Shyamalan ne fait pas exception. Avec Split, l’auteur de Sixième sens suit le parcours d’un tueur en série qui compte vingt-quatre personnalités. Le film qui insiste beaucoup sur le suivi médical du personnage, présenté comme atteint de schizophrénie, a beaucoup déçu les patients atteints de TDI en raison de cette confusion et de la violence du sujet. Cependant, s’il est certain qu’une telle représentation risque de renforcer la stigmatisation des malades, difficile d’empêcher une œuvre artistique de s’émanciper des carcans de la réalité (même si cette réalité est son terreau) pour suivre son fil et son histoire, telle celle palpitante de Split et qui ravira les aficionados de Shyamalan.

Poison de la vérité

D’une manière intéressée mais toute aussi intriguée, on recherche à démêler le vrai du faux dans le troisième tome de la bande dessinée Vie de Carabin, de Védécé. Ce jeune interne qui reste discret sur sa spécialité a rencontré le succès en commençant à publier sur le net il y a quelques années des dessins racontant sa vie d’étudiant en médecine. Comptabilisant 134 000 fans sur Facebook, Védécé a transformé l’essai en publiant deux bandes dessinées et aujourd’hui un troisième tome. Dans ce dernier opus on retrouve le même personnage et des anecdotes parfois incroyables. Védécé admet que pour répondre aux codes du genre, il a parfois pu grossir le trait, par exemple en affublant son personnage d’une blouse gargantuesque. Mais de nombreux récits sont inspirés d’histoires vraies, tel le refus d’un orthopédiste, victime d’une mauvaise chute, d’être admis dans son propre service, en raison de sa connaissance de la façon dont y sont (mal)traités les patients ! Grossies ou pas, les scènes font systématiquement naître le sourire.

Vérité sur les poisons

Les interactions entre réalités et croyances, les déformations de la vérité brute par l’art s’illustrent d’une manière passionnante à travers l’exposition consacrée aux poisons présentée actuellement au Musée des Confluences à Lyon. Venenum s’intéresse à l’ambiguïté de ces substances, dont l’utilisation a jalonné l’histoire en choisissant de confronter des collections scientifiques à des œuvres appartenant aux Beaux Arts. De quoi brouiller les pistes du vrai et du faux de manière vénéneuse.

Cinéma :
Split, de Night Shyamalan, 22 février, 1h57

Bande dessinée :

Vie de carabin - Dossiers médicaux Tome 1 : Carnets de santé, Hachette Comics, 96 pages, 13,95 euros,

Exposition :
Venenum, Musée des confluences, 86 quai Perrache, 69002 Lyon

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article