Soutien des directeurs des Centres Nationaux de Référence au CNR des Borrelia

Paris, le samedi 21 avril 2018 – C’était une pathologie quasiment inconnue du grand public, à l’exception des amoureux de promenades en forêt qui avaient pu y être sensibilisés, voir confrontés. Aujourd’hui, elle fait partie des maladies qui font régulièrement la une de l’actualité. Cette soudaine notoriété laisse interdits la plupart des spécialistes, qui ne considèrent pas qu’il existe d’éléments scientifiquement probants pour justifier les affirmations selon lesquelles les maladies de Lyme seraient bien plus fréquentes que ne le suggèrent les estimations officielles ou encore qu’il existerait de très nombreuses formes chroniques méconnues. Si les tests de diagnostic connaissent, à l’instar de nombreux autres, quelques défauts et des risques de faux positifs, la plupart des spécialistes ne jugent pas plus qu’ils faillent les considérer comme des outils totalement inefficaces ayant fait le lit d’une épidémie cachée.

Pourtant, de telles représentations sont aujourd’hui si bien ancrées dans la population qu’elles sont désormais défendues par de nombreux médias mais aussi par plusieurs représentants politiques.

La justice quant à elle a été saisie à plusieurs reprises. Cette situation fragilise le travail que tentent de conduire les experts des maladies infectieuses, qui sont l’objet d’attaques infondées et violentes de plus en plus fréquentes. Aussi, même si leurs voix demeurent souvent bien difficilement entendues, médecins et scientifiques ont décidé de s’unir pour dire leur soutien à ceux qui sont injustement tourmentés. Les directeurs d’un grand nombre de centres nationaux de référence adressent ainsi au JIM une tribune destinée à rappeler le sérieux du CNR dédié aux borrélioses qui est l’objet d’accusations sans preuve, incessantes et parfois insensées.

Ils assurent ici à leurs confrères de ce CNR soutien sans faille.

Par les directeurs de différents CNR*

Les Centres Nationaux de Référence pour la lutte contre les maladies transmissibles sont des laboratoires nommés par arrêté du Ministère en charge de la Santé, sur proposition du directeur général de Santé publique France, l’agence nationale de santé publique. Ces laboratoires reconnus pour leur excellence scientifique et capacité à assurer des missions de conseil, expertise, contribution à la surveillance et à l’alerte, sont labellisés CNR à l’issue d’une procédure d’appel à candidatures et d’une évaluation des dossiers effectuée par les experts indépendants du comité des CNR, placé auprès du directeur général de Santé publique France. La liste de ces laboratoires est disponible sur le site de Santé Publique France (http://invs.santepubliquefrance.fr/cnr).

Une approche scientifique, mesurée et professionnelle

Les Borrélioses, dont la maladie de Lyme est la principale manifestation reconnue, sont représentées dans le réseau des CNR par le laboratoire du Pr. Benoit Jaulhac à Strasbourg.

Le CNR des Borrélioses est depuis plusieurs années l’objet d'une campagne extrêmement médiatisée qui combine dénigrement, accusations de conflits d’intérêt, mise en danger de la vie d’autrui et menaces personnelles directes vis à vis de son Directeur et de toutes les personnes qui défendent des positions mesurées sur le rôle des Borrelia en pathologie humaine au delà des manifestations reconnues par la communauté médicale. Un débat scientifique légitime sur cette question existe et doit se poursuivre. Mais ce débat semble aujourd’hui notoirement contaminé par des considérations qui sortent du champ du rationnel et de la médecine basée sur les preuves, lesquelles devraient pourtant seule guider les pratiques médicales dans l’intérêt même des patients. Les Directeurs et membres des différents CNR signataires de cette lettre souhaitent manifester publiquement leur soutien au CNR des Borrelia dans son approche scientifique, mesurée et professionnelle de la question. Nous estimons que le meilleur service qui peut être rendu aux patients est celui de la rigueur de la démarche médicale fondée sur les preuves, même si cette approche impose un tempo plus lent que celui légitimement espéré par tous ceux qui souffrent.

Evaluation des tests : une mission classique des CNR

Pour ce qui des questions relatives aux liens d’intérêt, on rappelle qu’au titre de la mission d’expertise, les CNR doivent « participer au développement, à l'optimisation, à la validation, à la diffusion et aux recommandations concernant les examens de biologie médicale (techniques de diagnostic, d'identification et/ou de typage) relatifs aux agents pathogènes dont ils ont la charge ». A ce titre, les trousses et réactifs de diagnostic des différents fournisseurs sont évalués par les CNR. Ces travaux d’évaluation ne constituent pas de lien d’intérêt avéré dès lors que le personnel du CNR ne reçoit pas de rémunération directe de l’industriel concerné et que cet industriel n’a aucun pouvoir d’influence sur les résultats de cette évaluation exercée en toute indépendance.


*Signataires

Francois Vandenesch, Dir. CNR des Staphylocoques
Jacques Izopet, Dir. CNR Virus des hépatites à transmission entérique (hépatites A et E)
Philippe Lehours, Dir. CNR Campylobacter et Helicobacter
Sylvain Baize, Dir. CNR Fièvres hémorragiques virales
Sylvain Brisse, Dir. CNR Coqueluche et autres bordetelloses
Patrick Plésiat, Dir. CNR Résistance aux antibiotiques
Jean-Philippe Lavigne, Dir. CNR LABORATOIRE EXPERT Brucella
Vincent Jarlier, Dir. CNR des Mycobactéries et de la résistance aux antituberculeux
Emmanuelle Varon, Dir. CNR Pneumocoques
Mathieu Picardeau, Dir. CNR Leptospirose
Jean-Luc Prétet, Dir. CNR Papillomavirus
Max Maurin, Dir. CNR Laboratoire expert Francisella tularensis
Cécile Bebear, Dir. CNR Infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes
Jean-Marc Reynes, Dir. CNR Hantavirus
Laurence Millon, Dir. CNR Echinococcoses
Marc Lecuit, Dir. CNR Listeria
Christelle Mazuet, Dir. CNR Bactéries anaérobies et botulisme
Astrid Vabret, Dir. CNR Virus de la rougeole, de la rubéole et des oreillons
Claire Poyart, Dir. CNR des Streptocoques
François-Xavier Weill, Dir. CNR Escherichia coli, shigelles, salmonelles
Pierre-Edouard Fournier, Dir. CNR Rickettsia, Coxiella et Bartonella
Frédéric Laurent, Dir. Adjt. CNR des Staphylocoques
Anne Tristan, Dir. Adjt. CNR des Staphylocoques
Marie-Laure Quilici, Dir. CNR Vibrions et choléra
Françoise Dromer, Dir. CNR Mycoses Invasives et Antifongiques
Olivier Lortholary, Dir. Adjt. CNR Mycoses Invasives et Antifongiques
Stéphane Bretagne, Dir. Adjt, CNR Mycoses Invasives et Antifongiques
Sophie Alain, Dir. CNR Herpesvirus
David Boutolleau, Dir. Laboratoire Associé CNR Herpesvirus
Syria Laperche, Dir. CNR Risques infectieux transfusionnels
David O'Callaghan, Dir. CNR Laboratoire expert Brucella
Sophie Jarraud, Dir. CNR Légionelles
Gérard Lina, Dir. Adjt. CNR Légionelles
Isabelle Leparc-Goffart, Dir. CNR arbovirus
Marie-Laure Chaix-Baudier, Dir. CNR Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH)
Francis Barin, Dir. Laboratoire Associé CNR Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH)
Isabelle Villena, Dir. CNR Toxoplasmose
Patrick Bastien, Dir. Laboratoire Associé du CNR Toxoplasmose
Ermanno Candolfi,  Dir. Laboratoire Associé du CNR Toxoplasmose
Marie-Laure Dardé, Dir. Laboratoire Associé du CNR Toxoplasmose
Frédéric Barbut, Dir. Laboratoire Associé du CNR Bactéries anaérobies et botulisme Francis Megraud, Dir. Adjt. CNR Campylobacter et Helicobacter

 

Les intertitres sont de la rédaction.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Bonne initiative

    Le 21 avril 2018

    J'ai eu la chance de rencontrer le Pr Jaulhac qui est réellement impliqué pour les patients, apporte expertise et rigueur et surtout, qui s'est battu pour limiter le pouvoir de nuisance des charlatans qui rodent autour de cette maladie.

    ME

  • Gare aux théories du complot !

    Le 21 avril 2018

    Hélas il faut constater que, pour beaucoup aujourd’hui, le seul fait d’être nommé par le ministère de la Santé sur proposition du directeur de Santé publique France rend forcément suspect! Si ça vient « d’en haut », méfiance ! Il y a anguille sous roche!

    J’ai été étonné du nombre de nos concitoyens adeptes des diverses théories du complot, je le suis plus encore d’en trouver tant parmi les médecins
    Même si ce qui n’est pas démonté n’est pas forcément inexistant, soyons humbles, nous sommes loin de tout savoir et de tout comprendre, et l’étude de l’histoire de la médecine est très instructive sur ce point. Il faut rester prudent : dans les limites de nos connaissances actuelles...
    Alors laissons travailler sereinement nos vrais experts reconnus par leurs pairs!

    Dr P Foulon

  • En effet, une très bonne initiative

    Le 21 avril 2018

    Bon courage au Pr Jaulhac et merci pour la qualité du travail qui transparait à travers les rapports du CNR de Borrelia.

    En ces temps troublés, des questions me hantent :

    - Les manifestions attribuées aux Borrelia ne relèvent-elles pas de l'électro-sensibilité ?
    - Y-a-t-il de l'aluminium dans les Borrelia ?
    - Y-a-t-il des Borrelia dans les compteurs Linky ?

    J Sartre

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article