Evaluation de Rebif chez les sujets à risque de SEP : les patients recrutés

Merck Serono a accompli la phase de recrutement des patients dans l'essai clinique REFLEX évaluant Rebif® chez des patients à risque de développer une sclérose en plaques Genève, Suisse, le 17 septembre 2008 – Merck Serono, une division of Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne, a annoncé aujourd'hui avoir accompli la phase de recrutement des patients dans l'essai clinique REFLEX (REbif FLEXible dosing in early multiple sclerosis). Cet essai international de Phase III, randomisé, en double aveugle, contre placebo, est destiné à évaluer le bénéfice thérapeutique de Rebif® (interféron bêta-1a) sur le temps écoulé jusqu'à la conversion en sclérose en plaques chez des sujets présentant un premier événement clinique évoquant la maladie. « Il a été démontré qu'un traitement précoce par l'interféron bêta peut réduire le risque de développer une sclérose en plaques, » a déclaré Anton Hoos, Vice-Président Exécutif, Développement Clinique, Merck Serono. « Toutefois, les recherches dans ce domaine doivent être approfondies et nous pensons que l’étude REFLEX apportera une contribution appréciable. » Un total de 517 patients jugés à risque de présenter une sclérose en plaques en raison d'un événement démyélinisant isolé récent (tel que névrite optique, myélopathie, atteinte du tronc cérébral) et présentant à l'IRM des lésions cérébrales correspondant aux signes précoces de la sclérose en plaques ont été inclus dans l'essai REFLEX. Les participants ont été randomisés, dans un rapport 1:1:1, pour recevoir, par injection sous-cutanée, soit Rebif® 44 mcg trois fois par semaine, soit Rebif® 44 mcg une fois par semaine, soit un placebo. Les patients seront traités

Voir : http://www.datapressepremium.com/rmdiff/REFLEX_Completion_Enrollment.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.