Chlordécone et cancer : une surveillance étroite

La chlordécone, pesticide toxique pour l’homme et qui entraîne une pollution durable des eaux et des sols, a été utilisée dans les bananeraies aux Antilles de 1972 à 1993. Depuis 2004 et notamment à travers les actions des différents plans chlordécone, Santé publique France et l’Anses mènent des travaux pour améliorer les connaissances sur l’exposition des populations antillaises à ce pesticide et les risques sanitaires potentiellement associés. A l’occasion du colloque scientifique et des journées de restitution publique sur la pollution à la chlordécone qui se tiennent en Martinique puis en Guadeloupe du 16 au 19 octobre, Santé publique France présente plusieurs résultats d’études relatives à l’exposition alimentaire de la population générale à la chlordécone, à l’imprégnation des populations à la chlordécone ainsi qu’à d’autres substances de l’environnement, et la surveillance du cancer de la prostate. Organisé avec l’appui du Groupe d’orientation et de suivi scientifique (GOSS) du plan national d’action chlordécone, ce colloque rassemblera près de 200 experts pendant 2 jours. Scientifiques, acteurs institutionnels, professionnels et associatifs participeront à des travaux et des ateliers scientifiques visant à faire le point sur les avancées de la recherche dans ce domaine, à confronter les solutions et à identifier les nouveaux axes de recherche. Le colloque se clôturera par deux journées de débat ouvertes à tous, pour échanger avec la population sur les résultats des travaux scientifiques.

Voir : http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Environnement-et-sante/2018/Martinique-Guadeloupe.-Evaluation-des-expositions-a-la-chlordecone-et-aux-autres-pesticides.-Surveillance-du-cancer-de-la-prostate

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article