DMLA : recommandations pour y voir plus clair

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) représente, dans les pays industrialisés, la première cause de malvoyance chez les adultes de plus de 50 ans. Maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui débute après l’âge de 50 ans, la DMLA entraîne une perte progressive de la vision centrale. Il existe deux formes évolutives de la DMLA : la forme atrophique (dite « sèche ») et la forme exsudative (dite « humide »). La DMLA est une maladie chronique qui requiert un suivi régulier et une information du patient au long cours. La Haute Autorité de Santé (HAS) publie ce jour des recommandations de bonne pratique sur le diagnostic et la prise en charge de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Ces recommandations ont pour objectif d’optimiser la stratégie diagnostique des patients ayant une DMLA et d’homogénéiser les pratiques de sa prise en charge thérapeutique. Ces recommandations ne traitent pas du dépistage de la DMLA. Quand penser à une DMLA ? La HAS recommande de rechercher une pathologie maculaire et en particulier une DMLA chez un sujet de plus de 50 ans quand le patient ressent une perception déformée des lignes droites et des images (métamorphopsies) associée ou non à une baisse de l’acuité visuelle. D’autres signes visuels peuvent être présents comme par exemple : une ou plusieurs tâches sombres perçues par le patient (appelées scotomes), une diminution de la perception des contrastes, une gêne en vision de nuit ou encore une difficulté à la lecture. Quels examens pour diagnostiquer une DMLA ? Face à ces signes, l’ophtalmologiste doit entreprendre rapidement

Voir : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1051619/degenerescence-maculaire-liee-a-lage-prise-en-charge-diagnostique-et-therapeutique

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article