Et si l'information sur le don d'organe devenait VITALE?

Chaque année, le don d’organes sauve des milliers de vies. L’année 2006 a connu une nouvelle hausse des greffes avec 4 426 greffes réalisées contre 4 238 en 2005, soit une progression de 188 greffes supplémentaires. 1 441 personnes ont été prélevées en 2006 contre 1 371 en 2005. En 2006, 12 411 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organes, mais faute de donneurs, 229 patients sont décédés. Chaque année, le nombre de personnes en liste d’attente est plus élevé (+ 4 % en 2006) et le décalage entre le nombre de nouveaux inscrits et le nombre de greffes réalisé reste important. Une telle situation est d’autant plus inacceptable que la greffe est une thérapeutique de mieux en mieux maîtrisée, dont les résultats en termes de survie et de qualité de vie sont en constante progression. Dans la pratique, c’est l’entretien avec la famille du défunt qui est décisif. Si le médecin n’a pas directement connaissance de la volonté du défunt, il s’efforce de recueillir auprès des proches le consentement ou non de celui-ci au don d’organes, éventuellement exprimé de son vivant. Comme le plus souvent, la famille ne connaît pas la réponse, elle s’oppose au prélèvement et le médecin respecte ce choix. Le problème est de savoir si les proches témoignent effectivement de la volonté de la victime ou s’ils substituent à celle-ci leur propre préférence. C’est pourquoi, afin de limiter le taux de refus spontané des familles face aux demandes de prélèvement sur un proche décédé et donner l’assurance aux personnes favorables au don d’organes que leur volonté sera respectée après leur décès, je souhaite que le consentement ou le refus des personnes au prélèvement ou au don d’organes soient inscrits sur la carte Vitale. Notons que les greffes et que les transplantations à la suite de prélèvements sur personnes décédées doivent être effectuées dans l’urgence. Ce manque de cohérence ne peut qu’entraver un déroulement rapide et efficace des interventions. C’est pourquoi, faire porter la mention du consentement ou du refus au don d’organes sur la carte Vitale visée à l’article L. 161-31 du code

Voir : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0362.asp

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article