Et si on attendait d'être vieux pour être heureux?

Au cours de la vie, il y a des âges où, plus souvent qu’à d’autres, on se déclare heureux. C’est ce qui ressort de l’analyse d’une série d’enquêtes d’opinion sur plus de 25 ans, qui est présentée ici. Schématiquement, le sentiment de bien-être commence par décliner jusqu’à la quarantaine environ pour amorcer ensuite une nette remontée conduisant à son apogée au cours de la soixantaine. Mais il s’agit là d’une tendance moyenne, qui masque très certainement une grande diversité de configurations, tant sont nombreux les facteurs influençant le bien-être et son expression. Ainsi, le revenu, même s’il y contribue, est loin d’en expliquer à lui seul l’évolution. Interviennent aussi, outre les événements de la vie, l’évaluation que chacun fait de sa propre situation, ses aspirations, ou encore la manière dont il révise son jugement et l’appréciation de son bien-être. « Au tournant de la quarantaine, l’homme est triste »1… Les assertions de ce type ont fait les titres des médias anglais à l’été 2007, à l’occasion de

Voir : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FPORSOC08n.PDF

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article