Grippe : le cru 2017/2018

Cet article présente le bilan épidémiologique et virologique de l’épidémie grippale en France durant la saison 2017-2018. Méthode – Ce bilan s’appuie sur l’analyse descriptive des données de surveillance de la grippe ou des syndromes grippaux transmises par les réseaux de médecine ambulatoire, les analyses virologiques des laboratoires partenaires, la surveillance des passages aux urgences et des hospitalisations codées grippe, la surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en services de réanimation, les signalements d’épisodes d’infections respiratoires aiguës (IRA) dans les collectivités de personnes âgées et les données de mortalité. Résultats – L’épidémie de grippe a débuté début décembre en France métropolitaine, a atteint son pic au cours de la dernière semaine de décembre et s’est terminée fin mars, soit 16 semaines d’épidémie. Elle a présenté une dynamique atypique, avec deux vagues successives dues à la circulation majoritaire du virus A(H1N1)pdm09 puis à celle du virus B Lignage Yamagata. L’épidémie a été d’intensité modérée en médecine ambulatoire mais elle a été caractérisée par un nombre élevé d’hospitalisations après recours aux urgences pour syndrome grippal (>9 700) et de cas graves admis en réanimation (>2 900). Cette épidémie a également été marquée par une surmortalité importante, avec 13 000 décès attribués à la grippe. Conclusion – L’épidémie de grippe 2017-2018, précoce et exceptionnellement longue, a été caractérisée par une dynamique atypique et une importante sévérité, liées à la circulation successive des virus A(H1N1)pdm09 et B/Yamagata, dans un contexte de couverture vaccinale insuffisante et d’efficacité vaccinale sous-optimale. Son impact important sur les hospitalisations et la mortalité rappelle la gravité de la maladie et l’intérêt de la prévention, à savoir la vaccination chez les personnes à risque, complétée de mesures barrières afin de limiter la diffusion du virus dans l’entourage des cas, ainsi que l’utilité d’un traitement antiviral précoce, particulièrement chez les sujets à risque. Abstract This article summarizes influenza activity in France for the 2017-2018 season. Methods – This report is based on different sources of data collected in France: clinical influenza-like illness (ILI) in the community reported by the primary health care networks, virological data analysed by reference laboratories, emergency units visits and hospitalizations for clinical influenza, reporting of severe influenza cases hospitalised in intensive care units (ICU), reporting of acute respiratory infections (ARI) clusters in nursing homes, and mortality data. Results – In France, the 2017-18 season started early-December in mainland France, peaked on the last week of December and ended at the end of March, lasting 16 weeks. The epidemic was characterized by an atypical dynamics with two consecutive waves due to the circulation of A(H1N1)pdm09 followed by B/Yamagata lineage viruses. Its impact was moderate in the community, but high numbers of hospitalizations (>9,700) and severe cases admitted to ICUs (>2,900) were recorded. During the epidemic, a marked excess mortality was observed, with 13,000 deaths attributed to influenza. Conclusion – The 2017-18 influenza epidemic started early and was unusually long, with an atypical dynamics and marked severity. The successive circulation of A(H1N1)pdm09 and B/Yamagata viruses, together with insufficient vaccine coverage and suboptimal vaccine effectiveness, have contributed to this severity. It confirms the high impact of the disease for the population at risk and strengthens the need for prevention especially higher vaccine coverage among people at risk, and the implementation of control measures to limit the spread of the virus around the cases, as well as the utility of early antiviral treatment for subjects at risk. Introduction La grippe est une maladie infectieuse virale très contagieuse qui survient généralement de manière saisonnière entre les mois de décembre et d’avril en France métropolitaine. Chaque année, environ 2,5 millions de personnes en moyenne consultent en médecine générale pour un syndrome grippal. La mortalité due à la grippe saisonnière concerne essentiellement les sujets vulnérables : les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes ayant des facteurs de risque (maladies chroniques, sujets immunodéprimés, etc.) 1. La surveillance de la grippe en France a pour objectifs la détection précoce et le suivi de la dynamique épidémique, l’estimation de la morbidité et de la mortalité dues aux virus grippaux, ainsi que l’identification et le suivi de l’évolution antigénique et génétique des virus circulants. Elle permet également d’estimer le poids de la grippe dans la population et de contribuer à l’élaboration et l’évaluation des stratégies de prévention et de contrôle de la maladie. Cette surveillance, qui s’appuie sur un réseau de partenaires, est coordonnée par Santé publique France. Cet article présente le bilan épidémiologique et virologique de la grippe en France métropolitaine lors de la saison 2017-2018, à partir des données de médecine ambulatoire et hospitalière, des données provenant des collectivités de personnes âgées ainsi que des données de mortalité. Un paragraphe spécifique est dédié à l’épidémie de grippe en Outre-Mer. Méthodes Les objectifs et méthodes spécifiques des différents réseaux complémentaires de surveillance de la grippe ont été précédemment décrits 2. L’encadré ci-après précise les définitions de cas de syndrome grippal, grippe grave et infection respiratoire aiguë (IRA) utilisées dans les différents réseaux participant à la surveillance. Encadré :

Voir : http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/34/2018_34_1.html

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article