Il est essentiel de veiller aux huiles!

Actuellement, les produits cosmétiques renfermant des huiles essentielles (HE) font l’objet d’un engouement de la part du public. Cependant la toxicité potentielle de certaines HE plaide en faveur d’un encadrement spécifique de l’utilisation de ces substances dans les produits cosmétiques. L’Afssaps a souhaité, via les avis de la commission de cosmétologie, élaborer un document visant à mieux encadrer leur utilisation. L’objectif de ce document est de souligner l’importance des critères de qualité des HE et des matières premières dont elles sont issues. Un document ultérieur sera élaboré en vue de contribuer à l’évaluation du risque éventuel pour la sécurité des consommateurs des produits cosmétiques contenant des HE. Ce document est destiné aux producteurs ou responsables de la mise sur le marché d’HE utilisées comme ingrédients. Il s’adresse également aux fabricants1 et aux responsables de la mise sur le marché2 de produits cosmétiques contenant des HE. Il présente certaines données adaptées à ce type de substances et complémentaires de celles proposées dans le document « Recommandations aux fabricants ou responsables de la mise sur le marché relatives à l’évaluation de la sécurité pour la santé humaine d’un ingrédient ou d’une combinaison d’ingrédients à usage cosmétique ». Avant d’aborder le sujet, il est souhaitable de rappeler ce que l’on entend par « huile essentielle ». La définition retenue, très proche de celle de la norme ISO 9235 [1], est celle adoptée par la Commission de la Pharmacopée Européenne [2] : « Produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale botaniquement définie, soit par entraînement à la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, soit par un procédé mécanique approprié sans chauffage. L’huile essentielle est le plus souvent séparée de la phase aqueuse par un procédé physique n’entraînant pas de changement significatif de sa composition ». Seules les HE répondant à cette définition, sont considérées dans ce document. Selon la monographie de la Pharmacopée européenne [2], la matière première végétale peut être fraîche, flétrie, sèche, entière, contusée ou pulvérisée, à l’exception des fruits du genre Citrus qui sont toujours traités à l’état frais. Les HE peuvent subir un traitement ultérieur approprié. Elles peuvent être commercialement dénommées comme étant déterpénée, désesquiterpénée, rectifiée ou privée de « x ». Une huile essentielle déterpénée est une huile essentielle privée, partiellement ou totalement, des hydrocarbures monoterpéniques. Une huile essentielle déterpénée et désesquiterpénée est une huile essentielle privée, partiellement ou totalement, des hydrocarbures mono- et sesquiterpéniques. Une huile essentielle rectifiée est une huile essentielle qui a subi une distillation fractionnée dans le but de supprimer certains constituants ou d’en modifier la teneur. Une huile essentielle privée de « x » est une huile essentielle qui a subi une séparation partielle ou complète

Voir : http://afssaps.sante.fr/pdf/5/reco-criteres-qualite-huiles-essentielles.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article