L'OMS en grippe

L’Assemblée parlementaire est alarmée par la façon dont la grippe pandémique H1N1 a été gérée non seulement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mais aussi par les autorités de santé compétentes tant au niveau de l’Union européenne qu’au niveau national. Elle s’inquiète notamment de certaines répercussions de décisions et d’avis ayant entraîné une confusion des priorités au sein des services de santé publique de toute l’Europe, du gaspillage de fonds publics importants et de l’existence de peurs injustifiées relatives aux risques de santé encourus par la population européenne. 2. L’Assemblée fait état d’un grave manque de transparence dans les prises de décisions liées à la pandémie, qui soulève des préoccupations concernant l’influence que l’industrie pharmaceutique a pu exercer sur certaines décisions parmi les plus importantes. L’Assemblée craint que ce manque de transparence et de responsabilité ne fasse chuter la confiance des citoyens dans les avis des grands organismes de santé publique. Cela pourrait se révéler désastreux en cas de nouvelle maladie de nature pandémique beaucoup plus grave que la grippe H1N1. 3. L’Assemblée rappelle ses précédents travaux sur la bonne gouvernance dans le secteur de la santé publique, en particulier les Recommandations 1725 (2005) sur « l’Europe face à la grippe aviaire – mesures préventives dans le domaine de la santé » et 1787 (2007) sur « le principe de précaution et la gestion responsable des risques ». Dans la Recommandation 1908 (2010) sur « le lobbying dans une société démocratique (Code européen de bonne conduite en matière de lobbying) », l’Assemblée a noté que les activités de lobbying non réglementées ou occultes peuvent constitu

Voir : http://assembly.coe.int/CommitteeDocs/2010/20100604_H1N1pandemic_F.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article