Le point sur l'épidémie de Sida en 2007

En 2007, les progrès méthodologiques relatifs aux estimations des épidémies de VIH, appliqués à une gamme élargie de données nationales, ont conduit à des modifications importantes du nombre estimé de personnes vivant avec le VIH à travers le monde. L’interprétation de la gravité et des conséquences de la pandémie a néanmoins fort peu changé. On estime à 33,2 millions [30,6 millions-36,1 millions] le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde en 2007, soit 16% de moins que l’estimation de 39,5 millions [34,7 millions- 47,1 millions] publiée en 2006 (ONUSIDA/OMS, 2006). La contribution la plus importante à cette réduction a été l’effort considérable visant à estimer l’épidémie de VIH en Inde, qui a entraîné une révision majeure à la baisse des estimations pour ce pays. D’autres révisions des estimations, notamment en Afrique subsaharienne, ont aussi eu leur importance. Six pays (Angola, Inde, Kenya, Mozambique, Nigéria et Zimbabwe) contribuent pour 70% à la différence entre les estimations publiées en 2006 et celles de 2007. Au Kenya et au Zimbabwe, il y a des signes croissants qu’une partie de cette différence est due à une diminution du nombre de nouvelles infections – elle-même attribuable à une diminution des comportements à risque. Parce que les estimations du nombre de nouvelles infections et du nombre de décès liés au VIH sont tirées de modèles mathématiques appliqués aux estimations de la prévalence du VIH, les nouvelles estimations pour l’incidence du VIH et de la mortalité qui y est associée en 2007 diffèrent aussi notablement des estimations antérieures. Il faut souligner que les différences entre les estimations données en 2006 et celles de 2007 sont pour l’essentiel liées à des améliorations de la méthodologie plutôt qu’aux tendances de la pandémie elle-même. Il convient donc de ne pas tirer de conclusions des comparaisons entre les estimations de 2007 et celles de 2006. Les révisions méthodologiques ont néanmoins été appliquées de façon rétroactive aux données de prévalence du VIH plus anciennes, afin

Voir : http://www.invs.sante.fr/display/?doc%3Dpresse/2007/communiques/nomination_weber_041207/index.html

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article