Les hydrocarbures aromatiques polycycliques dans l’alimentation

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) constituent une vaste classe de composés organiques constitués d’au moins deux cycles aromatiques condensés. Ils se forment principalement par combustion incomplète ou par pyrolyse des matières organiques et au cours de divers processus industriels. Les HAP se trouvent en général en mélanges complexes, parfois constitués de centaines de composés. L’homme est exposé aux HAP par différentes voies. Alors que pour les non fumeurs la principale voie d’exposition est la consommation de denrées alimentaires, la contribution du tabagisme peut être importante chez les fumeurs. Les denrées alimentaires peuvent être contaminées à partir de sources environnementales, de la transformation industrielle de denrées alimentaires et de certaines modes de cuisson ménagère. Au cours de la dernière décennie, les HAP ont été évalués par le Programme international sur la sécurité des substances chimiques (IPCS: International Programme on Chemical Safety), le comité scientifique de l’alimentation humaine (SCF) et le comité mixte FAO/OMS d’experts sur les additifs alimentaires (JECFA). Le SCF a conclu que 15 HAP, à savoir le benz[a]anthracène, le benzo[b]fluoranthène, le benzo[j]fluoranthène, le benzo[k]fluoranthène, le benzo[ghi]pérylène, le benzo[a]pyrène, le chrysène, le cyclopenta[cd]pyrène, le dibenz[a,h]anthracène, le dibenzo[a,e]pyrène, le dibenzo[a,h]pyrène, le dibenzo[a,i]pyrène, le dibenzo[a,l]pyrène, l’indéno[1,2,3-cd]pyrène et le 5-méthylchrysène présentent une mutagénicité/génotoxicité évidente dans les cellules somatiques chez les animaux de laboratoire in vivo et ont également tous présenté, à l’exception du benzo[ghi]pérylène, des effets cancérogènes manifestes dans différents types d’essais biologiques menés sur ces espèces. Le SCF en a donc déduit que ces composés peuvent être considérés comme potentiellement génotoxiques et cancérogènes pour l’homme et qu’ils représentent par conséquent un groupe prioritaire en matière d’évaluation des risques sanitaires à long terme, consécutifs à une consommation alimentaire de HAP. Le SCF a suggéré d’utiliser le benzo

Voir : http://www.efsa.europa.eu/EFSA/efsa_locale-1178620753816_1211902034842.htm

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article