Néonaticides : cinq cas étudiés au Québec

Le néonaticide est l’homicide d’un enfant né depuis moins de 24 heures, commis presque exclusivement par la mère. Les données actuelles décrivent ces parents comme des femmes jeunes, célibataires, ayant caché leur grossesse et leur accouchement, immatures et paniquant au moment du passage à l’acte. Cinq vignettes provenant de l’étude de dossiers du Coroner en chef du Québec sont présentées afin de vérifier si ce type d’homicide représente un groupe homogène et correspond à ce qu’on retrouve dans les écrits depuis trois décennies. D’après les données recueillies pour 1986-1994, l’immaturité, le déni et la grossesse non désirée caractérisent un sous-groupe de femmes adolescentes, un autre sous-groupe de femmes plus âgées vivent l’angoisse d’une séparation lors du passage à l’acte. Des implications cliniques et théoriques sont discutées en rapport avec la notion de sous-groupes. Le néonaticide 1 est le meurtre d’un enfant né depuis moins de 24 heures par sa mère ou son père ; ce terme a été employé pour la première fois par Resnick, en 1970. L’examen des écrits montre que les parents ayant tué leur nouveau-né sont majoritairement des femmes (Crittenden et Craig, 1990 ; Rodenburg, 1971 ; Marks et Kumar, 1993, 1996). En effet, on retrouve peu de cas

Voir : http://www.erudit.org/revue/smq/2003/v28/n2/008623ar.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article