Paradis artificiels en prison

L’état des lieux concernant les niveaux d’usage et la diffusion des drogues illicites repose sur un certain nombre de données chiffrées, émanant à la fois des statistiques des services d’ap- plication de la loi (douane, police, gendarmerie), de sources sanitaires (constats, déclarations...) et des enquêtes épidémio- logiques. Outre les biais éventuels de ces ressources (sous- ou sur-estimation d’un phénomène), une des difficultés qui se pose lorsqu’il s’agit d’estimer les consommations de drogues illicites tient au temps et au coût nécessaires à la mise en place d’en- quêtes, l’analyse de ces éléments et la synthèse des résultats. Durant les années 2000, une nouvelle méthode a été déve- loppée pour estimer les consommations de substances psy- chotropes : la recherche des résidus de drogues dans les eaux usées. Dans un premier temps, l’analyse des prélèvements des affluents de station d’épuration (STEP) a permis de mesurer les quantités de drogues et métabolites rejetées par une popula- tion (à trav

Voir : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eisxtnx3.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article