Permanence des soins : le volontariat continue de s'éroder

Cette enquête a été réalisée par le Conseil national de l'Ordre des médecins pendant le mois de janvier 2017. Le questionnaire, comportant 50 questions portant sur divers aspects de la permanence des soins ambulatoires , a été adressé aux 101 Conseils département aux de l’Ordre des médecins de métropole et des Outre-Mer en novembre 2016. Le retour des questionnaires a été prolongé par des contacts téléphoniques systématiques avec les responsables de la permanence des soins au sein de chaque conseil départemental afin de garantir la qualité des réponses, d’affiner ou de préciser certains points, et de permettre un traitement fiable et homogène de l’information reçue. Les conseils régionaux de l’ordre ont également été interrogés. L’enquête offre un instantané, au 31 décembre 2016, de situations qui ont constamment évolué pendant l’année 2016. Agréger au plan national la diversité des réalités départementales, voire infra- départementales est une tâche qui peut s’avérer, dans certains cas, délicate. Pour autant, l’analyse des données fait ressortir incontestablement des constantes partagées sur l’ensemble du territoire national et certaines évolutions locales de plus large portée. L’enquête est présentée par la Commission nationale de la permanence des soins et des urgences médicales au Conseil national de l’Ordre des médecins réuni en Session plénière le 3 février 2017 et en Assemblée des présidents et secrétaires généraux des conseils départementaux, le 17 mars 2017. Elle est ensuite mise en ligne sur le site du Conseil national de l’Ordre des médecins et adressée à toutes les institutions à caractère national

Voir : https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cnom_rapport_enquete_pds_2016.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article