Plaidoyer pour un dépistage mieux organisé du cancer du col de l'utérus

La Haute Autorité de Santé recommande la mise en place d’un dépistage national organisé Saisie par la ministre de la santé, la Haute Autorité de Santé a évalué les différentes stratégies de dépistage du cancer du col de l’utérus, qui atteint chaque année en France 3 000 nouvelles femmes et en tue plus de 1000. Pour ce cancer de la femme jeune - celles de 40 ans sont les plus touchées, la HAS recommande aujourd’hui aux pouvoirs publics de mettre en place un dépistage national organisé afin de répondre à la nécessité d’un frottis cervico-utérin tous les 3 ans de l’ensemble des femmes de 25 à 65 ans. Le dépistage individuel et spontané a atteint ses limites Principalement réalisé par les gynécologues, le dépistage individuel et spontané est un socle essentiel sur lequel il convient de s’appuyer mais il ne permet d’atteindre qu’un taux de couverture de 57% depuis 6 ans. De plus, ce taux stagne alors que la loi de santé publique fixe un objectif de 80% de femmes dépistées pour ce cancer. La HAS note également de fortes disparités géographiques – liées à la répartition des gynécologues sur le territoire, des inégalités sociales – les femmes appartenant à un ménage modeste sont 2 fois plus nombreuses à ne jamais avoir eu de frottis, et une qualité inégale des frottis. En définitive, plus de 50% des femmes ne sont pas ou trop peu souvent dépistées, quand 40% le sont trop souvent. Face à ce constat, la HAS préconise toujours un frottis tous les 3 ans … Chez les femmes âgées de 25 à 65 ans, asymptomatiques et ayant ou ayant eu une activité sexuelle, un frottis doit être réalisé tous les 3 ans après deux frottis

Voir : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_998815/cancer-du-col-de-luterus

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article