Pour éviter le crabe, que faut-il manger?

L’incidence mesurée des cancers est en augmentation constante depuis 25 ans dans tous les pays. S’il est reconnu que cette évolution est liée à l’essor démographique, au vieillissement de la population et au développement des capacités de diagnostic ou de dépistage, elle résulte probablement aussi d’expositions accrues à des facteurs de risque de cancers, comportementaux ou environnementaux, qui sont eux-mêmes multiples et souvent intriqués. Parmi eux, le rôle de la nutrition est désormais reconnu. La France s’est lancée depuis plusieurs années dans des plans et programmes de santé publique soit par déterminants de santé, soit par pathologies. Le Programme national nutrition santé (PNNS) a pour objectif d’améliorer l’état de santé de la population en agissant sur le déterminant nutrition. Le plan national de lutte contre le cancer vise notamment à en réduire l’incidence, avec pour axe majeur la prévention primaire, en particulier par la réduction des expositions aux facteurs de risque reconnus. La nutrition est avec la lutte contre le tabac et l’alcool un domaine où des progrès essentiels peuvent être réalisés et peuvent participer à la baisse de l’incidence des cancers. L’Institut National du Cancer a, dans le cadre du PNNS, coordonné l’actualisation de l’édition précédente parue en 2003. En nous appuyant sur l’expertise du réseau National alimentation cancer recherche (NACRe), nous mettons à votre disposition une synthèse des connaissances les plus récentes sur les liens

Voir : http://www.e-cancer.fr/v1/fichiers/public/brochure_pnns_nutrition160209.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article