Qui sont les enfants asthmatiques hospitalisés ?

En France comme dans les autres pays industrialisés, une diminution des taux d’hospitalisation pour asthme a été observée depuis une dizaine d’années chez l’adulte [1,2]. Elle s’accompagne d’une diminution de la mortalité par asthme [1]. Ces diminutions témoignent probablement de l’amélioration de la prise en charge de l’asthme. Cependant, malgré les progrès thérapeutiques, la morbidité liée à l’asthme reste un problème important et les hospitalisations indiquent un défaut de prise en charge, même si une partie semble incompressible (cas les plus sévères, association à un trouble ventilatoire obstructif fixé). Les hospitalisations pour exacerbation d’asthme sont considérées comme évitables dans leur majorité. Elles peuvent être évitées grâce à la prise en charge appropriée des exacerbations, mais surtout grâce au traitement de fond permettant un bon contrôle de la maladie [3,4]. En Europe, notamment en France, plusieurs études ont montré l’insuffisance du contrôle et du traitement de l’asthme chez l’adulte et chez l’enfant [5-8]. En France, la moitié des hospitalisations pour asthme concerne des enfants, et les taux d’hospitalisation, en diminution chez les adultes, sont en revanche restés stables chez les enfants entre 1998 et 2005 [1]. Dans ce contexte, il a paru justifier de mener une étude spécifique auprès d’enfants hospitalisés pour exacerbation d’asthme. Les objectifs de cette étude étaient de décrire les caractéristiques de ces hospitalisations et la prise en charge de l’asthme des enfants avant leur hospitalisation.

Voir : http://www.invs.sante.fr/publications/2009/hospitalisation_enfants_asthme_aigu/rapport_caracteristiques_enfants_asthme.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article