Recommandations de la HAS pour la prise en charge du mélanome

L’objectif de ce guide est d’expliciter pour les professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un patient admis en ALD pour mélanome cutané. Les cancers représentent la 1re cause de mortalité en France en 2004 (30 % des décès). Environ 245 000 entrées en ALD, soit environ un quart des entrées chaque année, se font dans le cadre de l’ALD 30 – Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Parmi les cancers, avec 7 200 nouveaux cas en 2000, dont 58 % chez les femmes, le mélanome se situe au 13e rang des cancers chez l’homme et au 7e rang pour les femmes. Au total, 2 % des entrées en ALD 30 sont liées à un diagnostic de mélanome cutané. Son incidence est en augmentation régulière de 10 % par an, depuis 50 ans. C’est le premier des cancers en termes d’augmentation de fréquence. L’âge moyen du diagnostic (en baisse) est de 56 ans. Plus de 1 300 décès annuels lui sont imputables, ce qui représente près de 1 % des décès par cancer. La survie brute à 5 ans est de 76 %. Le mélanome cutané peut apparaître sur peau saine (dans 70-80 % des cas) ou résulter de la transformation maligne d’un nævus. Dix pour-cent des mélanomes sont des formes familiales. Seuls les mélanomes cutanés, les plus fréquents, sont traités dans ce guide. La prise en charge des mélanomes oculaires et muqueux, rares, n’est pas détaillée ici. Ce guide est un outil pragmatique auquel le médecin traitant peut se référer pour la prise en charge de la pathologie considérée. Le contenu du guide a été discuté et validé par un groupe de travail pluridisciplinaire. Il repose sur les Recommandations pour la pratique clinique (RPC) ou les Conférences de consensus (CDC) disponibles datant de moins de 5 ans, secondairement complétées par des avis d’experts lorsque les données sont manquantes. L’avis des experts est en effet indispensable pour certains champs, tels que le suivi des patients où le rythme de surveillance, du patient par exemple, dépend plus d’un consensus de professionnels que de données comparatives obtenues dans le cadre d’études cliniques. Un guide ne peut cependant pas envisager tous les cas spécifiques : toutes les comorbidités, les protocoles de soins hospitaliers, etc. Il ne revendique

Voir : http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/guide_melanome_version_web.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article