Réduction des risques chirurgicaux : les recommandations générales de l'OMS

Avec 234 millions d’interventions chirurgicales majeures pratiquées chaque année, soit une pour 25 personnes, et des études indiquant des complications, voire des décès, pour une proportion non négligeable d’entre elles, l’OMS publie une nouvelle liste de contrôle dans le cadre de son action pour rendre la chirurgie plus sûre partout dans le monde. «Les traumatismes et les décès évitables dus à la chirurgie sont une source croissante de préoccupation, déclare le Directeur général de l’OMS, Dr Margaret Chan. L’utilisation de cette liste de contrôle est le meilleur moyen de réduire les erreurs chirurgicales et d’améliorer la sécurité des patients.» Liens connexes Initiative Une chirurgie sûre sauve des vies - en anglais Brochure de l'Allance mondiale pour la sécurité des patients [pdf 1Mb] Plusieurs études ont montré que, dans les pays industrialisés, de graves complications surviennent dans 3 à 16% des interventions sur les patients hospitalisés, avec des taux d’incapacité définitive et de mortalité d’environ 0,4 à 0,8%. Dans les pays en développement, les taux de mortalité seraient de 5 à 10% pour les interventions majeures. On signale que la mortalité imputable à la seule anesthésie générale serait de 1 sur 150 dans certaines régions d’Afrique subsaharienne. Les infections et les autres complications postopératoires posent aussi un grave problème dans le monde. Selon ces études, la moitié d’entre elles pourraient être évitées. Une chirurgie sûre sauve des vies «Depuis plus d’un siècle, la chirurgie est devenue un élément essentiel des systèmes de santé dans le monde entier, explique le Dr Atul Gawande, chirurgien et professeur à Harvard. Bien qu’on ait fait de grands progrès au cours des dernières décennies, il est consternant de constater à quel point la qualité et la sécurité des soins chirurgicaux varient dans le monde. L’initiative «une chirurgie sûre sauve des vies» vise à changer la situation en améliorant les normes auxquelles les patients peuvent s’attendre partout dans le monde.» Cette initiative dirigée par l’École de Santé publique de Harvard réunit plus de 200 associations médicales nationales et internationales et des ministères de santé dans l'objectif de réduire le nombre de décès et de complications évitables en chirurgie. Désormais, la liste de contrôle OMS pour la sécurité en chirurgie, mise au point sous la direction du Dr Gawande, fixe un ensemble de normes de sécurité applicables dans tous les pays et dans toutes les situations sanitaires

Voir : http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2008/pr20/fr/index.html

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article