Réparez ce sein que je ne saurais souffrir

L’Assurance Maladie a saisi la HAS en janvier 2010 en vue d’évaluer la procédure de reconstruction du sein par lambeau DIEP (« deep inferior epigastric perforator »). Ce lambeau est abdominal, cutanéo-graisseux et libre (anastomoses microchirurgicales). Cette évaluation doit permettre à la HAS de rendre un avis concernant l’inscription à la CCAM1 et la prise en charge par la collectivité de la technique DIEP (environ 20 centre de soins en France pratiquant près de 100 DIEP/an ; technique développée depuis » 15 ans). II. CONTEXTE D’ÉVALUATION Le sein a une connotation de féminité, de maternité et de sexualité. Son ablation lors de cancer du sein (» 20 000 actes/an) peut avoir des répercussions psychosociales et physiques négatives sur la patiente (trouble de l’identité, de l’humeur, de l’estime, la sexualité, la qualité de vie ; aisance vestimentaire altérée, douleurs dorsales liées à l’asymétrie,…). Ces conséquences sont très variables d’un individu à l’autre et sont influencées par l’histoire personnelle et familiale de chaque patiente. La reconstruction mammaire (RM) vise à limiter les retentissements psychosocial et physique de la mastectomie. Pour certaines femmes, la RM peut constituer une réponse à ces répercussions de la mastectomie. La reconstruction ne dispense néanmoins pas la patiente d’un « travail de deuil

Voir : http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2011-04/has_cadrage_diep.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article