Santé mentale : un état des lieux

A la demande du ministère de la santé, Michel Laforcade, directeur général de l’agence régional de santé de la région Nouvelle Aquitaine a publié un rapport « relatif à la santé mentale » qui renseigne à la fois sur la situation des patients et de celle des psychiatres.

Voir : Rapport relatif à la santé mentale

Copyright

Réagir

Vos réactions (5)

  • La santé psychique

    Le 21 octobre 2016

    Je parle en connaissance de cause. La folie est l'affaire de tous! Car la maladie mentale n'est que l’exagération, la caricature de tout comportement Humain.
    Il y trop de patients de types et de maladies différents, donc d'amalgame en matière de soins. Le personnel est trop peu formé. On ne traite pas les gens de façon identique. Il y a trop de souffrances mal prises en compte. Ces gens ont besoins de considération, d'écoute et de retrouver une liberté simple et efficace à leur bien-être. Et souvent de retrouver une famille, leur famille. L’asile est vraiment un lieu d’exclusion. Est ce son rôle? Pour garantir les droits du malade il est stipulé que tous les établissements doivent être visités régulièrement par le préfet, etcetera... Lire" Les jardiniers de la folie" Auteur E. Zarifian.

    Dr P

  • Nous sommes tous concernés

    Le 01 novembre 2016

    Je suis entièrement d'accord avec vous. C'est un sujet qui nous concerne tous non seulement comme médecins mais parfois nous aussi pouvons devenir des acteurs. Je suis d'accord avec vous : la souffrance du malade et de son entourage est nettement sous estiméee et il n'y a aucun centre de référence pour guider, soutenir les aides soignants quand ils sont confrontés à la terrible, et "honteuse" épreuve de voir l'un des leurs touché par une maladies psychique ou psychotique. Même en temps que médecins nous sommes tout à fait démunis.

    BE

  • Psychose et maltraitance

    Le 14 décembre 2016

    Par expérience ayant eu mon propre fils atteint d'une crise psychotique je peux dire l'horreur que provoque l'incompétence des psychiatres à soigner des pathologies qui exigent une finesse d'écoute et de contextualisation remplacée par des procédures inadéquates et une pénalisation du patient qui résiste au traitement.

    MBB

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article