Sécurité routière : nouvelles mesures pour que les choses changent

Il n’est pas possible de se résoudre à une fatalité de plus de 4 500 morts sur les routes La lutte contre l'insécurité routière a connu des résultats exceptionnels sur la période 2002-2007 inclus (réduction de 43 % du nombre de personnes tuées, près de 11 000 vies sauvées et 130 000 personnes blessées épargnées). Le déploiement des radars automatiques, qui a permis un meilleur respect des limitations de vitesse, et le changement de comportement des Français au volant ont largement contribué aux progrès réalisés. Sur l’ensemble de l’année 2007, les données provisoires établies par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) montre une diminution de 2 % de la mortalité routière par rapport à 2006. 4 615 personnes ont perdu la vie sur les routes en 2007 (4 709 en 2006). En revanche, le nombre annuel d’accidents corporels augmente de 1,3 % (81 378 en 2007 contre 80 309 en 2006), et le nombre de personnes blessées de 2,4 % (104 601 en 2007 contre 102 125 en 2006. L’enjeu de sécurité routière reste donc majeur. Il n’est en effet pas possible de se résoudre à une fatalité de plus de 4 500 morts sur les routes de France a indiqué le Président de la République le 21 décembre 2007 lors d’un Conseil restreint relatif à la sécurité routière. C’est pourquoi, le Président de la République, en accord avec le Premier ministre, a fixé l’objectif de passer sous la barre des 3 000 personnes tuées sur les routes d’ici à 2012. Pour y parvenir, le Président de la République a précisé les orientations prioritaires de la politique des pouvoirs publics : - la lutte contre la conduite sous l’emprise de l’alcool, - l’amélioration de la sécurité des usagers les plus vulnérables, - le combat contre les infractions au Code de la route, en poursuivant notamment le déploiement des radars automatiques, - l’amélioration de la formation des conducteurs. Le Comité interministériel de la sécurité routière du mercredi 13 février 2008 : des mesures pour combattre les comportements à risque et les multiples causes d’accidents Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) réunit, sous la présidence du Premier ministre, les ministres concernés par le sujet et les décisions susceptibles d’être prises en séance, parmi lesquels : le ministre d’État, ministre de l’Écologie du Développement et de l’Aménagement durables, le ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités locales, le ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, le ministre de la Justice, le ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministre de la Défense, le ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, le ministre du Budget, des Comptes publics

Voir : http://www.securite-routiere.gouv.fr/IMG/pdf/DP_cisr_13_02_08.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article