Sur la route, Allô égale bobo

Depuis les années 1970 en France, les accidents de la route constituent la cible d’une politique de sécurité routière ayant pour objet de diminuer le nombre de décès imputables à la circulation routière. Les premières mesures ont porté sur la limitation du taux d’alcoolémie, le port obligatoire de la ceinture de sécurité et la limitation de vitesse. Elles ont été suivies d’une baisse continue du nombre de décès sur la route qui est passé de près de 16 000 par an en 1972 à 4 000 en 2007. Cette diminution est également observée dans les autres pays européens. Parallèlement à une action publique centrée sur la répression de comportements jugés à risque, l’amélioration de l’environnement routier et des équipements des véhicules ainsi que les progrès réalisés dans le domaine de la formation des conducteurs ont contribué à la réduction des traumatismes routiers. Les éléments de connaissance apportés par la recherche scientifique permettent maintenant de considérer la conduite d’un véhicule comme une tâche complexe dont la performance est soumise à de nombreux facteurs individuels et environnementaux. Parmi les facteurs susceptibles d’altérer les capacités de conduite et de provoquer des accidents, la distraction au volant fait l’objet d’une attention grandissante depuis une vingtaine d’années, en particulier la distraction liée à l’usage de systèmes de télécommunication. En effet, le développement exponentiel et rapide des téléphones mobiles utilisés par tous et dans toutes les situations de la vie quotidienne ainsi que la construction de véhicules de plus en plus équipés en systèmes télématiques justifient cette préoccupation. L’usage du téléphone tenu en main en conduisant est interdit en France depuis 2003 et a fait l’objet de campagnes r

Voir : http://www.inserm.fr/content/download/35883/229156/version/2/file/telephone_et_securite_routierev1.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article