Une amélioration qui tient à coeur

La prise en charge peut encore être améliorée En France, chaque année 100 000 personnes sont atteintes d’infarctus du myocarde. Bien que la mortalité par infarctus ait fortement diminué en 10 ans, près de 13% des patients pris en charge en décèdent au cours de la première année. La HAS et les professionnels de santé concernés présentent aujourd’hui un bilan du programme d’amélioration de la prise en charge de l’infarctus du myocarde lancé en 2007 et insistent sur la nécessité de poursuivre les efforts engagés. UN ENJEU : REDUIRE LES RECIDIVES, LES COMPLICATIONS CARDIOVASCULAIRES ET LA MORTALITE PAR INFARCTUS DU MYOCARDE En France, l’amélioration de la prise en charge de l’infarctus du myocarde - qui frappe quelques 100 000 personnes chaque année - a permis de réduire de moitié, en 10 ans, la mortalité due à cette maladie. Toutefois, la proportion des personnes qui en décèdent est encore trop élevée, avec 13% des patients pris en charge qui meurent lors de la première année, dont 7% à la phase aiguë. Poursuivre l’amélioration des pratiques à chaque étape de la prise en charge, depuis l’appel au 15 jusqu’à la prévention secondaire après la sortie de l’hôpital, doit permettre d’améliorer la qualité de vie, de diminuer les récidives et les complications cardiovasculaires telles que l’accident vasculaire cérébral, et d’augmenter les chances de survie du patient. DES PRIORITE

Voir : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_765385/infarctus-du-myocarde

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article