Vers un recul de la méningite en Afrique?

Le Centre de Surveillance Pluripathologies (CSPP) de l'OMS à Ouagadougou (Burkina Faso) surveille la situation de la méningite en Afrique pendant toute la saison épidémique et, en particulier dans 13 pays faisant l'objet d'une surveillance saisonnière renforcée : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigéria, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Tchad et le Togo. Selon les rapports préliminaires de ces pays, 2 312 cas au total (dont 324 mortels) se sont produits entre le 1er janvier et le 10 février 2008. Ces chiffres sont de 29 % inférieurs à ceux de la période correspondante de six semaines en 2007 (3 274 cas, dont 413 mortels), ce qui indique, jusqu'à présent, une activité plus faible de la méningite en 2008. Parmi les pays ayant notifié des cas au CSPP du Burkina Faso, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo ont signalé des flambées depuis le début de la saison. D'autres pays signalent une activité de la méningite, sans atteindre le seuil épidémique au niveau des districts : le Bénin, la Côte d'Ivoire, l'Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigéria et le Togo. Le Cameroun et le Tchad n'ont pas notifié de cas. Le Burkina Faso est le pays le plus affecté, avec un total de 1 422 cas, dont 204 mortels (taux de létalité de 14,3 %), notifiés du 1er janvier au 10 février. Cela représente plus de 61 % de l'ensemble des cas notifiés au CSPP en 2008 (contre 64 % pour la même période en 2007). On a identifié Neisseria meningitidis A (Nm A) comme étant l'agent causal dans les districts de Mangodara et Sapouy. Une campagne de vaccination de la population âgée de 2 à 29 ans a été mise en œuvre dans ces districts, ainsi qu'à Gaoua. Une évaluation transfrontalière de la situation est en cours en Côte d'Ivoire, dans la zone voisine du district de Mangodara. Bien que la tendance épidémiologique au Burkina Faso soit la même que celle observée l'année dernière, on a constaté au cours des six premières semaines de l'année 2007 un plus grand nombre de cas notifiés et davantage de districts dépassant le seuil épidémique (8, au lieu de 2 en 2008). Le Ministère de la Santé de la République centrafricaine riposte avec une campagne de vaccination de masse dans certaines communes qui ont atteint le seuil épidémique dans la préfecture de Nana-Gribizi, au nord du pays. Au total 45 cas, dont 5 mortels (taux de létalité de 11 %) ont été

Voir : http://www.who.int/csr/don/2008_02_22a/fr/index.html

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article