Y-a-t-il un pépin dans le maïs trangénique?

Effets controversés sur la santé après des tests sub-chroniques de toxicité : une étude confidentielle de 90 jours avec des rats nourris aux OGM. par Gilles Eric Seralini INTRODUCTION Rappel d'information : Le MON 863 est un maïs OGM de première génération, seconde catégorie c'est-à-dire génétiquement modifié pour produire un pesticide. La première génération d'OGM cultivée en plein champ depuis 1995, soit tolère un pesticide pour la première catégorie (72% d'OGM tolèrent par exemple principalement l'herbicide Roundup, comme le maïs NK 603 de Monsanto) ou produit un pesticide pour la seconde catégorie (généralement aux environs du kg/ha, comme la toxine artificielle Bt que l'on trouve dans le maïs MON 863 ou le MON 810 ; ces différents insecticides sont produits par 20% des OGM). La seconde génération d'OGM (8% au total) développée depuis 1998 fait les deux : produire et tolérer un pesticide. Une grande majorité des OGM commercialisés en agriculture a ainsi été créée pour contenir des pesticides qu'ils absorbent et/ou produisent (le reste constituant moins de 1%). La troisième et la quatrième génération seront sans doutes créée afin de produire deux insecticides et tolérer un ou deux herbicides. Description du MON 863 : Les modifications génétiques sont insérées dans une construction génétique artificielle, appelées le transgène, par bombardement de particules couvertes de cet ADN nouveau dans le génome du maïs à partir de cellules immatures. Ces cellules ont régénéré de nouvelles plantes transformées, appelées OGM. Tout le monde est unanime sur le fait que la trangenèse peut créer des effets de mutagenèse insertionnelle qui ne seraient pas visibles par analyse de la composition chimique ; cette dernière analyse par " équivalence substantielle " peut par définition seulement être partielle. D'un point de

Voir : http://www.criigen.org/index.php?option%3Dcom_content%26task%3Dview%26id%3D106%26Itemid%3D47

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article