Pour un étiquetage nutritionnel simple, intuitif et compréhensible par tous sur la face avant des emballages des aliments

Carrefour a dévoilé le 24 septembre dernier le système d’étiquetage nutritionnel simplifié dont il souhaite la mise en place avant la fin de l’année sur l’emballage de ses produits de marque.

L’engagement d’un grand opérateur économique dans une démarche de transparence sur les aliments serait louable s’il répondait à une démarche de santé publique en cohérence avec la dynamique actuellement proposée par le Ministère de la Santé.

Le système proposé par Carrefour est critiquable à plusieurs égards :

- il est mis en place sans attendre le cadre d’un système unique officiel validé par les pouvoirs publics. La proposition de ce cadre avait précisément pour but d’éviter que chaque opérateur économique fixe ses propres seuils et la forme de son logo et attribue lui-même les notes à ses produits… L’ANSES a été saisie pour fixer d’ici le mois de novembre les 4 seuils qui permettront de définir les 5 catégories de qualité nutritionnelle pour les aliments (comme préconisé dans le rapport Hercberg),

- il dévoie la proposition de système coloriel à 5 couleurs du rapport Hercberg en supprimant une des 5 catégories proposées, la catégorie « rouge ». Aucun argument ne justifie ce retrait, au contraire les travaux épidémiologiques et d’économie expérimentale soulignent l’intérêt et l’absence de culpabilisation de la pastille rouge sur un logo coloriel (utilisé ou préconisé dans d’autres pays européens),

- il véhicule des messages d'accompagnement de type "prescriptif" (1 fois par jour, 2 fois par jour, 3 fois par jour,…) indéfendables sur le plan scientifique. Cet affichage sera un facteur de confusion majeur pour les consommateurs (par exemple dans le catalogue proposé, la pizza au fromage est « à consommer 1 fois par jour », le dessert stracciatella « 2 fois par jour », la boîte de petits pois « 3 fois par jour »…).

Les seuils, la forme et les messages ont été fixés sans aucune validation scientifique concertée par des experts indépendants et des consommateurs. L’annonce de ce système illustre les risques de cacophonie en l’absence d’une législation dans ce domaine, au moment même où elle est annoncée par la Ministre de la Santé dans sa prochaine Loi de santé publique.

Refusant que l’information nutritionnelle puisse être réduite à une opération de marketing, les signataires de la présente tribune demandent :

- au groupe Carrefour de renoncer à la mise en place de son système inacceptable sur le plan scientifique et de santé publique et de reprendre son initiative dès que le système unique validé par les pouvoirs publics sera officialisé,

- aux parlementaires de voter le principe d’un étiquetage nutritionnel simplifié unique, tel qu’il figure dans le projet de Loi de Santé Publique,

- aux pouvoirs publics de publier dès maintenant le format de cet étiquetage correspondant au système coloriel à 5 couleurs s’appuyant sur les seuils fixés par l’ANSES.

C’est dans cette démarche, qu’une pétition citoyenne sur Internet (déjà forte de plus de 24 000 signatures) a été lancée par 33 sociétés savantes et associations. Une forte mobilisation des consommateurs, patients et professionnels de santé doit permettre de peser dans les étapes à venir afin que soit adopté le principe d’un étiquetage unique dans la Loi de Santé Publique et publié sans délai le modèle officiel.

Pour signer la pétition http://www.sfsp.fr/petition-nutrition.htm

Pr Pierre Lombrail, président de la Société française de santé publique(SFSP), professeur de santé publique Université Paris 13, CHU Avicenne

Pr Stéphane Schneider, président du Collège national des enseignants de nutrition des Facultés de médecine (CEN), professeur de nutrition, CHU de Nice et Université de Nice Sophia-Antipolis,

Pr Olivier Ziegler, président de l’Association française de recherche sur l’obésité (AFERO), professeur de nutrition, chef du service de diabétologie, maladies métaboliques, nutrition, CHRU de Nancy

Mme Isabelle Parmentier, présidente de l’Association française des diététiciens nutritionnistes

(AFDN), diététicienne, CHU de Lille

Dr Hélène Thibault, présidente de l'Association pour la prévention et la prise en charge de l’obésité en pédiatrie (APPOP), pédiatre

Pr Claude Le Feuvre, président de la Fédération française de cardiologie (FFC), professeur de cardiologie, CHU Pitié-Salpétrière

Pr Brigitte Chabrol, présidente de la Société française de pédiatrie (SFP), professeur de pédiatrie et de neuropédiatrie, CHUde la Timone, Marseille

Pr Dominique Turck, coordonnateur du Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie, professeur de pédiatrie

Pour connaître la liste complète des signataires, vous pouvez vous rendre sur le lien :
http://www.sfsp.fr/petition-nutrition.htm

 

 

 

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article