Suicide à l'HEGP, le témoignage du Pr Lantieri

Le professeur Laurent Lantieri, ami de Jean-Louis Megnien qui s'est suicidé le 17 décembre, explique au micro de RTL que selon lui c'est le harcèlement dont le cardiologue était victime qui l'a mené à l'autolyse.

Voir : https://www.youtube.com/watch?v=TIWCHJIShJY

Copyright

Réagir

Vos réactions (1)

  • Une brève illustration factuelle

    Le 01 février 2016

    Si vous avez du mal à croire qu'à l'hôpital, le harcèlement de certains médecins par l'administration est une pratique courante, délibérée et concertée, pour faire pression sur eux, ou les faire souffrir, ou partir, voici une brève illustration, factuelle, de cette malveillance:

    Un médecin apprend le décès de sa mère. Il indique à sa Direction son désir de rejoindre sa famille. Seule réponse de la directrice des ressources humaines : "Je vous l'interdis".
    Cette DRH aurait pu en un quart d'heure trouver, dans le même hôpital, un médecin d'une autre spécialité capable d'assurer grosso modo la sécurité des malades, dans le service du médecin qui voulait s'absenter (remplacement certes plus bricolé que légal, vu les différences de compétence, mais acceptable). Elle aurait pu aussi, probablement en quelques heures, faire revenir de vacances un médecin appartenant au service concerné. Elle aurait pu enfin, probablement en moins de 24 ou 48h, recruter temporairement un médecin remplaçant de même spécialité (mais c'est assez coûteux).
    Elle n'a rien fait de tout cela, alors que c'était son travail basique de DRH. Elle s'est bornée à téléphoner à plusieurs reprises, dans les heures qui ont suivi, au médecin désireux de s'absenter, pour lui réitérer son interdiction. Elle lui a précisé: "Je vous trouverai un remplaçant pour que vous puissiez vous absenter au moment de l'enterrement" c'est à dire 4 ou 5 jours plus tard.
    Je ne crois pas utile de vous livrer l'épilogue. Cette DRH qui avait commis à mon avis une faute professionnelle, en plus d'un défaut d'humanité, n'a pas été désavouée par son directeur général.

    Je pense qu'on n'aurait jamais traité de la même manière une infirmière ou une aide-soignante dans la même situation (il est vrai qu'une IDE ou AS est plus facile à remplacer).
    Je pourrais donner bon nombre d'autres exemples de malveillance administrative, à l'égard de plusieurs médecins du même établissement.

    Dr Etienne Robin, néphrologue, chef de service

Réagir à cet article