La tumeur glomique n’est pas toujours digitale€!

L. DAOUI*, F.€HALI*, K. KHADIR*, F.€MERNISSI**, H.€BENCHIKHI*,

*Service de Dermatologie et Vénéréologie, **Service d’anatomopathologie, CHU Ibn Rochd Casablanca, Maroc

Les tumeurs glomiques extradigitales sont des lésions très rares dont le diagnostic doit être évoqué devant un tableau clinique de douleurs paroxystiques quel qu’en soit le siège. L’évocation du diagnostic ne nécessite pas d’examens complémentaires. La biopsie exérèse chirurgicale complète permet de confirmer le diagnostic et de retrouver l’indolence.

Les tumeurs glomiques sont des tumeurs développées à partir d’une formation vasculaire cutanée appelée glomus(1). Ces tumeurs, presque toujours bénignes, correspondent à une prolifération neuromyo-artérielle. Elles sont bien connues au niveau de la région sous-unguéale des doigts. Les localisations extradigitales sont extrêmement rares. Nous rapportons ici un cas localisé à l’abdomen.

Observation

Un patient âgé de 41 ans, sans antécédents pathologiques particuliers, a consulté pour une lésion nodulaire douloureuse du flanc gauche apparue 2 ans auparavant, sans aucune notion de traumatisme ni de facteur déclenchant. Les douleurs étaient exacerbées depuis 4 mois, survenant au moindre contact. On ne retrouvait pas d’hypersensibilité au froid. À l’examen, on notait un nodule bleuâtre de 5 mm de diamètre siégeant 7 cm au-dessus de la crête iliaque gauche (figure 1). Ce nodule était très sensible et douloureux à la palpation. Aucune autre exploration morphologique n’a été réalisée.

Le traitement a consisté en une exérèse complète et sutures simples. L’étude histologique de la pièce d’exérèse a montré une prolifération lobulaire limitée par un renforcement fibreux au niveau de derme, faite de nombreuses lumières vasculaires béantes, tapissées par une couche de cellules endothéliales aplaties (figures 2a et 2b). Les suites opératoires ont été simples et les douleurs ont complètement disparu, avec une cicatrice indolore sans récidive. Le recul est de 20 mois.

Discussion

Les tumeurs glomiques sont des tumeurs généralement bénignes, relativement rares, développées aux dépens d’une structure neuromyovasculaire située à la jonction dermohypodermique : le glomus. La localisation au niveau de la paroi abdominale est authentique. La majorité des tumeurs glomiques siègent au niveau des doigts, et les descriptions de localisations extradigitales sont peu nombreuses ; celles décrites sont la région sacrée, la région parasternale, la fesse, l’épaule, la cuisse, le pied, mais aussi au niveau des viscères et de certains os(1-4). Ces formes extradigitales sont généralement de plus grande taille, de 2 à 50 mm (1,2), que celle des localisations digitales. Le délai entre le début des symptômes et le diagnostic est généralement long (2), 2 ans dans notre cas. Sur le plan clinique, la triade clinique classique associant douleurs, zone gâchette et hypersensibilité au froid est le plus souvent retrouvée, mais avec une fréquence moindre pour le dernier paramètre. Ceci était le cas pour notre patient. Dans tous les cas, le traitement est chirurgical et repose sur l’exérèse complète, qui permet d’obtenir, comme dans notre cas, la disparition immédiate des douleurs. Une biopsie fragmentaire préalable à l’exérèse tumorale n’est pas nécessaire. Des récidives ont été rapportées concernant les tumeurs glomiques digitales(2,4), mais le faible nombre de cas de formes extradigitales ne permet pas de donner une estimation du risque pour ceux-ci.

Références

1. Burnier M, Erhard L. Tumeur glomique de la capsule antérieure du coude. À propos d’un cas. Chir Main 2014 ; 33 : 67-70.
2. Robert G, Sawaya E, Pelissier P. Tumeur glomique de la face postérieure du poignet : à propos d’un cas. Chir Main2012 ; 31 : 214-16.
3. Le Bellec Y, Yelles F et al.Tumeur glomique de l’avant-bras à propos d’un cas. Chir Main 2005 ; 24 : 99-102.
4. Frikh R, Alioua Z, Harket A, Ghfir M, Sedrati O. Étude anatomoclinique de 14 cas avec revue de la littérature. Ann Chir Plast Esthet 2009 ; 54 : 51-6.

Copyright © Len medical, Dermatologie pratique, décembre 2016

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article