Un cas de volvulus gastrique chez un jeune homme de 17 ans

Le volvulus gastrique (VG), décrit pour la première fois par Berti en 1866 à l’occasion d’une autopsie se définit comme une rotation acquise de l’estomac, pouvant entraver la circulation sanguine. Si le VG gastrique peut être latent et méconnu, il n’en va pas de même du VG aigu. Il est rare (300 cas publiés environ), autant chez l’homme que chez la femme et touche un enfant dans plus de 10 % des cas et est alors souvent dus à une anomalie congénitale (absence de lobe hépatique gauche).

Les auteurs rapportent un cas de VG survenu chez un jeune homme de 17 ans, étudiant dans une école coranique, qui se plaint depuis 2 mois d’une sensation de plénitude gastrique avec douleurs postprandiales sourdes à début brutal et diffuses à tout l’abdomen. Son haleine est fétide, peut-être liée à des vomissements bilieux qui mettent parfois fin à ses douleurs. De plus, son transit est ralenti. L’examen ne note qu’une certaine déshydratation et une douleur provoquée épigastrique.

L’imagerie affirme le diagnostic

Les clichés sans préparation de l’abdomen objectivent une coupole gauche surélevée et une poche à air déplacée vers la ligne médiane. C’est le transit baryté qui a mis en évidence le VG. La fibroscopie n’a pas montré de lésion muqueuse en dehors d’une torsion des plis gastriques et n’a pu franchir le pylore.

Devant la difficulté d’obtenir d’autres examens, l’intervention a été décidée ; une laparotomie a permis de confirmer un VG organo-axial, de procéder à une détorsion et à une gastropexie, dont les suites immédiates et à deux mois ont été simples.

VG chronique : un diagnostic difficile

Le diagnostic de VG chronique est difficile, et, en cas de laxité des ligaments gastro-colique, gastro-hépatique, etc., toute distension gastrique y prédispose, comme aussi une volumineuse hernie hiatale ou une éventration diaphragmatique. Dans le VG organo-axial, l’estomac pivote sur son axe longitudinal, projetant la grande courbure en avant (comme une serpillère qu’on essore). La triade de Borchardt faite de douleurs épigastriques, essais infructueux de vomissements et impossibilité de poser une sonde gastrique est rarement complète. Ailleurs, la symptomatologie en impose pour une affection coronarienne.

La pauvreté des signes cliniques explique la fréquente méconnaissance du VG. En l’absence d’accès au scanner comme ce fut le cas de ce cas à Dacca, le transit baryté est l’examen de choix pour arriver au diagnostic. La chirurgie avec fixation gastrique représente le meilleur traitement.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Hasan MT et coll. : A case report on gastric volvulus of a 17 years old boy from Bangladesh. International journal of surgery case reports 2017 ; 40 : 32-35.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article