L’impact de l’âge sur la relation SAOS et complications cardiovasculaires

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) non traité semble bien exposer à un risque majoré d’évènements cardiovasculaires majeurs, parmi lesquels figurent les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la maladie coronaire. L’âge a–t-il un impact significatif sur ces relations ? La question a déjà reçu des réponses quelque peu discordantes.

Une étude d’observation de grande envergure menée en Espagne apporte sa contribution au travers d’une analyse post hoc de type cas-témoins. Son objectif était de rechercher une association entre les deux manifestations cardiovasculaires évoquées et le SAOS chez des sujets âgés (≥ 65 ans), en tenant compte du rôle éventuel de la CPAP (continuous positive airway pressure) dans leur survenue.

Les patients ont été recrutés au sein de deux centres hospitalo-universitaires. Un groupe témoin a été constitué de sujets dont l’index d’apnées et d’hypopnées (IAH) était < 15/h. Le diagnostic de SAOS a été défini par un IAH ≥ 15/h, plusieurs sous-groupes étant distingués : (1) absence de traitement (CPAP non prescrite ou observance < 4 heures/jour) ; (2) SAOS léger ou modéré (IAH 15-29/h) ; (3) SAOS sévère non traité (IAH≥30) ; (4) SAOS traité par CPAP (IAH ≥15/h et observance ≥4 heures/jour).

Risque accru d’AVC

Au total, 859 patients ont été inclus dans les analyses portant sur les AVC, versus 794 pour ce qui est de la maladie coronaire. La durée médiane du suivi dans ces 2 groupes a été respectivement de 72 mois (écart interquartile 50-88,5) et de 71 (51,5-89) mois. Comparativement au groupe de référence, le risque d’AVC, en fait le hazard ratio ajusté (HRA) a été estimé à 3,42 (intervalle de confiance à 95 %, IC 1,37-8,52) en cas de SAOS sévère non traité. Dans le sous-groupe traité par CPAP et celui du SAOS léger ou modéré non traité, les valeurs du HRA ont été respectivement de 1,02 (IC 0,41-2,56) et de 1,76 (IC 0,62-4,97). Quel que soit le sous-groupe, aucune association significative n’a été mise en évidence pour ce qui est du risque de maladie coronaire.

Chez le sujet âgé, un SAOS sévère non traité semble augmenter de manière significative le risque d’AVC et le recours à une CPAP efficace serait à même de le prévenir. Aucune association de ce type ne semble concerner la maladie coronaire.

Dr Philippe Tellier

Référence
Catalan-Serra P et coll.Increased Incidence of Stroke, but Not Coronary Heart Disease, in Elderly Patients With Sleep Apnea. Stroke.2018 (11 décembre) : publication avancée en ligne.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article