L’incidence du mélanome augmente toujours, en Californie

L’étude du registre des cancers de Californie montre que l’incidence du mélanome, chez les Blancs non hispaniques qui sont de loin les plus concernés, continue d’augmenter. Entre les périodes 1998-2002 et 2008-2012, l’augmentation a été de 25 % chez les hommes (de 34,7 à 43,5 pour 100 000 personnes/années) et de 21 % chez les femmes (de 21,7 à 26,2 pour 100 000). Ainsi, contrairement à ce qui a été observé en Australie, les efforts de prévention primaire ou secondaire n’ont pas eu d’effet décelable.

Pas un artefact lié à une meilleure couverture médicale

Ce registre indique les détails des mélanomes (épaisseur et stade) et aussi l’adresse des patients, ce qui permet d’évaluer, avec une précision considérée comme bonne, leur statut socio-économique, pris comme indice de la facilité d’accès aux soins médicaux. Les auteurs se sont attachés à ce paramètre car certaines études ont suggéré que l’augmentation des mélanomes n’est qu’apparente, liée à un plus grand nombre de diagnostics de tumeurs fines chez des sujets ayant un accès facile au dépistage médical. Il apparaît ici qu’il n’en est rien : l’augmentation est la même dans pratiquement tous les groupes et sous-groupes analysés, incluant les groupes de faible niveau économique, notamment pour les hommes. Il ne s’agit donc pas d’un artefact lié à une meilleure couverture médicale, mais d’une authentique progression. On doit donc conclure à la nécessité de renforcer les programmes de prévention et de dépistage.

Dr Daniel Wallach

Référence
Clarke CA, McKinley M et coll. Continued Increase in Melanoma Incidence across all Socioeconomic Status Groups in California, 1998-2012. J Invest Dermatol., 2017;137:2282-2290.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article