Vers un test génétique de susceptibilité aux cancers gynécologiques pour toutes

On estime que 5 % des femmes atteintes d’un cancer du sein et 0,4 % des femmes dans la population générale sont concernées par une prédisposition génétique constitutionnelle les exposant au risque de cancer du sein et de cancer de l’ovaire.

La recherche d’altérations génétiques telles que les mutations délétères des gènes BRCA1 et BRCA2 chez les femmes atteintes d’un cancer du sein et chez leurs apparentées apporte une information prédictive chez la femme atteinte, et permet d’identifier des apparentées non atteintes afin de leur proposer des stratégies préventives.

Dans la plupart des systèmes de santé, ces tests sont réservés aux femmes ayant des antécédents familiaux et une probabilité d’être porteuses d’une mutation délétère ≥10 %. Mais ces antécédents ne sont pas toujours connus et la moitié des femmes porteuses de ces mutations ignorent être touchées.

En Australie, toutes les femmes de 50 à 74 ans participant au programme de dépistage bisannuel du cancer du sein dans l’état de Victoria ont été invitées à bénéficier d’un prélèvement d’ADN afin de rechercher les mutations délétères de 11 gènes impliqués dans le cancer du sein et de l’ovaire. La moitié d’entre-elles ont accepté et ont rempli un questionnaire concernant leurs antécédents personnels et familiaux.

Les cinq mille neuf cent huit femmes qui ont répondu favorablement avaient 59,2 ans d’âge moyen et étaient sensiblement plus jeunes que celles qui avaient refusé (60,2 ans). Elles avaient plus souvent un antécédent familial au 1er degré de cancer du sein ou de l’ovaire : 21,3 % vs 19,7 % (p = 0,0039).

Un taux de détection encore faible dans une étude australienne

Trente-huit femmes (0,64 %) étaient porteuses d’une mutation pathogène de 4 des 11 gènes étudiés : 29 (76 %) des gènes BRCA2 et PALB2, comme l’âge de la cohorte pouvait le laisser prévoir, 6 du gène BCRA1, et 3 du gène ATM. Aucune n’avait de mutation de CDH1, PTEN, STK11 ou TP53. De plus, 29 femmes étaient porteuses de mutations « de risque modéré » de gènes impliqués dans le cancer de l’ovaire, BRIP1, RAD51C, RAD51D et ATM : elles n’ont pas été contactées, suivant les recommandations locales en cours, différentes des nôtres.

Les femmes porteuses de ces mutations avaient un âge moyen de 57 ans, et 22 de ces 38 femmes (58 %) avaient un antécédent familial au 1er degré de cancer du sein ou de cancer de l’ovaire.

Trente-cinq des 38 femmes, informées des résultats, se sont rapidement adressées à un centre de cancérologie de référence où elles ont été prises en charge. Pour chaque femme, en moyenne 3 membres de leur famille ont aussi bénéficié de tests génétiques et d’une prise en charge.

Cette étude a concerné des femmes de plus de 50 ans : une fréquence plus élevée des mutations pathogènes aurait été retrouvée si elles avaient été testées à un âge plus jeune. Par ailleurs, davantage de femmes auraient pu bénéficier de stratégies préventives adaptées.

Actuellement, moins de la moitié des gènes impliqués dans le haut risque familial du cancer du sein et de l’ovaire sont identifiés, mais la découverte de nouveaux gènes et l’intégration de gènes de signification encore douteuse devraient permettre d’augmenter les taux de détection.

Dr Catherine Vicariot

Référence
Rowley SM et coll. : Population-based genetic testing of asymptomatic women for breast and ovarian cancer susceptibility. Genet Med., 2018 ; publication avancée en ligne le 26 septembre. doi: 10.1038/s41436-018-0277-0.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article