Un graphique pour prédire les métastases lymphatiques du cancer de l’œsophage

Le cancer de l’œsophage (CO) conserve un pronostic sombre. Alors qu’en Occident, il s’agit le plus souvent d’un adénocarcinome, en Chine, le CO épidermoïde (COE) fournit 90 % des cas. Le dépistage endoscopique précoce en permet de plus en plus le traitement par résection muqueuse ou sous-muqueuse endoscopique (RSME), avec moins de complications que la chirurgie, mais ces techniques supposent qu’il n’y ait pas de métastases lymphatiques (ML), sinon l’œsophagectomie avec curage reprend ses droits. Il importe donc de sélectionner les candidats à une RSME en éliminant la présence de ML.

Pour ce faire, un graphique coté permet de quantifier la probabilité desdites métastases.

De 2010 à 2013, une équipe de Shanghai a étudié des malades atteints de COE, au stade pT1a, n’atteignant que la muqueuse, ou pT1b, touchant la sous-muqueuse, affirmé par endoscopie et biopsies, écho-endoscopie et scanner thoraco-abdominal. Les patients qui, sans traitement néoadjuvant, ont eu une œsophagectomie avec curage d’au moins 15 ganglions, et dont les berges de résection étaient saines, ont constitué la cohorte A.

La cohorte B a été constituée de patients identiques, mais opérés en 2014-2015.

L’œsophagectomie a été réalisée par voie ouverte ou cœlioscopique et le curage a été abdominal et thoracique, parfois aussi cervical (21 cas sur 479). Les pièces histologiques ont été fixées dans le formol.

Une aide pour choisir la résection muqueuse ou sous-muqueuse endoscopique

Il y a eu 281 opérés dans la cohorte A et 198 dans la cohorte B. Les critères qui ont permis de suspecter la présence de ML (N1) étaient la profondeur (T1b vs T1a), la dédifférenciation, la taille (> 15 mm), et l’envahissement lympho-vasculaire.

En attribuant des points (de 0 à 100 pour l’envahissement lympho-vasculaire, de 0 à 80 pour la profondeur et la dédifférenciation, de 0 à 50 pour la taille, on parvient à un total de points de 0 à 350, qui est rapporté à une échelle de risque de ML, 100 points correspondant, par exemple, à un risque de 0,04 et 200 points à un risque de 0,2.

Il y a eu de fait des ML dans 13 et 15 % des pièces des cohortes A et B. Le graphique construit pour la cohorte A s’est trouvé parfaitement adapté pour la cohorte B.

L’application clinique est que, avec un seuil de probabilité compris entre 0 et 0,07, la prise en compte du graphique apporte plus d’avantages pour sélectionner les candidats à la RSME que l’attitude qui consisterait à opérer tout le monde ou à n’opérer personne.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Zheng H. et coll. Nomogram to predict lymph node metastasis in patients with early oesophageal squamous cell carcinoma. Br J Surg 2018 ; 105 :1464-1470.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article