Alimentation et activité physique : Oui, il est possible d’accompagner les patients dans le changement de comportement

LA MOTIVATION : FACTEUR CLE DU CHANGEMENT DE COMPORTEMENT

Selon une enquête IFOP de 20141, la principale difficulté rencontrée par les médecins en consultation nutrition est le manque de motivation des patients.



« Le patient doute de ses capacités à réaliser le changement », selon le Dr Michel Doré, médecin généraliste à Chelles (Seine et Marne). L’entretien motivationnel est un moyen efficace pour faire évoluer son patient dans le changement de comportement : il nous apprend à adopter une attitude différente de celle que nous utilisons pour la prescription de traitements.

QU’EST-CE QUE LA DEMARCHE MOTIVATIONNELLE ?

L’approche du changement de comportement a fait l’objet de nombreuses études, dont notamment la théorie du changement de Proshaska et Di Clemente2. Cette démarche implique que le médecin passe de la posture de prescripteur à celle de facilitateur et d’accompagnateur du changement.

En se basant sur ces études, l’approche motivationnelle est une démarche « des petits pas », qui se construit en 5 étapes :





LE DOSSIER DE MOTIVATION : UN NOUVEL OUTIL PRATIQUE ET EFFICACE, VALIDE PAR LES MEDECINS

Afin de rendre plus accessible l’approche motivationnelle aux professionnels de santé, Lesieur a réuni un comité d’experts pluridisciplinaire3 en partenariat avec l’UNAFORMEC, organisme spécialisé dans la formation des médecins généralistes.
Le Dossier de Motivation, issu de cette démarche, est un outil inédit pour faciliter la prise en charge nutritionnelle et agir efficacement sur les changements de comportement.


 

Le Dossier de Motivation contient :

- Un guide d’initiation à l’entretien motivationnel, le Petit Traité de Motivation,  qui propose des conseils et des astuces de praticiens (voir les explications ci-après).

- 6 fiches thématiques (manger moins salé, diminuer son tour de taille, bien vivre avec son diabète...) à remettre à vos patients présentant des informations clés et des objectifs accessibles et pratiques.

Le Dossier de Motivation est un outil efficace pour pallier les difficultés liées au changement de comportement des patients, comme l’a montré l’étude réalisée sur le terrain par l’UNAFORMEC.
83 % des médecins interrogés l’ont trouvé pertinent, efficace et pensent que l’outil améliore la prise en charge des patients.3

Le Dossier de Motivation permet donc d’aider le patient à modifier ses comportements, comme le souligne le Docteur Michel Doré dans son interview.


Références
1 Enquête IFOP/Lesieur réalisée en 2014
2 Prochaska, JO; Norcross, JC; DiClemente, CC. «Changing for good: the revolutionary program that explains the six stages of change and teaches you how to free yourself from bad habits.» New York: W. Morrow; 1994.
3 Enquête menée sur le terrain par l’UNAFORMEC de juin à septembre 2014 sur 23 médecins et 145 patients.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Entretien motivationnel

    Le 08 avril 2015

    L'entretien motivationnel est à la mode. De plus en plus de gens s'en revendiquent. Il serait utile avant d'en parler, et plus encore avant de prétendre l'enseigner, qu'ils en connaissent un peu plus sur le sujet.
    L'entretien motivationnel n'a pas de lien avec le modèle transthéorique de Prochaska et DiClemente
    (William R. Miller and Sephen Rollnick (2009). Ten Things that Motivational Interviewing Is Not. Behavioural and Cognitive Psychotherapy, 37, 129–140)
    Dr Jean-Paul Huisman, membre du Mint (Motivationnal Interviewing Network of Trainers)

  • Dossier de motivation ?

    Le 07 mai 2015

    Bonjour, je suis tout à fait d'accord avec le commentaire précédent du Dr Huisman, ayant soutenu ma thèse sur la motivation.
    Malgré cette inexactitude, je voudrais bien feuilleter le Dossier de Motivation... où le trouver?
    J. Jumper

  • Entretien motivationnel et modele de Prochaska

    Le 09 mai 2015

    Bien que n'ayant pas fait de thèse sur le sujet ni membre du Mint, j'aurais tendance à penser qu'il y a un lien dans le sens où certains outils n'ont pas d'intérêt selon le stade où l'on situe le patient dans le cycle de Prochaska?

    Dr Denis Boutry

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article