Le régime méditerranéen bénéfique pour la PA et la rigidité artérielle des sujets âgés

Les vertus du régime méditerranéen sont régulièrement mises en avant dans les conseils pour une nutrition optimale. Les effets sur le profil de risque cardiovasculaire passent par un impact sur divers paramètres métaboliques, dont le profil lipidique et la glycémie, mais aussi par la perte de quelques kilos quand il prend en compte l’apport calorique total, sans oublier les propriétés anti-oxydantes des nutriments qu’il recèle.

Ce régime semble en outre exercer des effets bénéfiques sur la pression artérielle et la rigidité artérielle, si l’on en croit les résultats de l’essai randomisé NU-AGE (New Dietary Strategies Addressing the Specific Needs of Elderly Population for Healthy Aging in Europe).

Cette étude contrôlée a inclus au total 1 294 sujets âgés (65-79 ans) en bonne santé apparente, recrutés au sein de 5 centres européens, chez lesquels la PA a été mesurée de manière systématique. La rigidité artérielle, pour sa part, n’a été évaluée que dans un sous-groupe constitué de 225 participants.

Dans le groupe traité, l’intervention a consisté en des conseils diététiques personnalisés en général, l’accent étant cependant mis sur les aliments du commerce à privilégier pour respecter les règles du régime méditerranéen, certains de ceux-ci étant même fournis pour augmenter l’observance. Dans le groupe contrôle, les participants ont maintenu leurs habitudes alimentaires mais un guide leur a été remis avec les recommandations diététiques nationales en vigueur.

Le profil cardiovasculaire sur…un NU-AGE

La plupart des sujets inclus (n = 1142 ; 88,2 %) sont allés jusqu’au terme de l’étude qui a duré une année. Dans le groupe qui a adopté le régime méditerranéen, la pression artérielle systolique (PAS) a diminué significativement de 5,5 mm Hg (intervalle de confiance à 95 % IC95 ; -10,7 à -0,4 ; p=0,03) par rapport à l’état basal. Cette variation n’a été significative que chez les hommes (-9,2 mm Hg, p = 0,02) et non les femmes (-3,1 mm Hg, p = 0,37). La baisse de PA diastolique s’est avérée faible, statistiquement non significative, quel que soit le sexe (-1,7 mm Hg ; IC95, -4,3 à 0,9). Dans le sous-groupe de 225 personnes, l’index d’augmentation qui mesure la rigidité artérielle, ne s’est amélioré que sous l’effet du régime méditerranéen, soit -12, 4 % (IC95, -24,4 à -0,5 ; p = 0,04), sans que la vélocité de l’onde de pouls ne soit modifiée.

Le régime méditerranéen a également été associé à : (1) une augmentation de la kaliurèse des 24 heures (8,8 mmol/l ; IC95, 0,7-16,9 ; p = 0,03) ; (2) une réduction de la pression pulsée uniquement chez les hommes (52 %) (-6,1 mm Hg ; IC95, -12,0 à -0,2 ; p = 0,04) ; (3) une diminution de la natriurèse des 24 heures (-27,1 mmol/l; IC95, -53,3 à -1,0 ; p=0,04).

Cette étude randomisée ajoute des bénéfices hémodynamiques modestes mais significatifs aux nombreuses vertus du régime méditerranéen. En abaissant la PA et la rigidité artérielle dans cette cohorte de sujets âgés, ce régime ne peut qu’améliorer le profil de risque cardiovasculaire.

Dr Catherine Watkins

Référence
Jennings A et coll. : Mediterranean-Style Diet Improves Systolic Blood Pressure and Arterial Stiffness in Older Adults. Hypertension. 2019 ; 73 : 578-586.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article