Maigrir avec le régime cétogène

De multiples régimes proposent une restriction en hydrates de carbone afin de perdre du poids. L’un des plus connus est le régime dit « cétogène ». En pratique, celui-ci est caractérisé par une réduction importante des hydrates de carbone (généralement moins de 50 g par jour) et une augmentation relative des proportions de graisses et protéines. Après plusieurs jours de régime, les réserves de glycogène hépatique et musculaire deviennent insuffisantes. Dès lors, le substrat énergétique principal est fourni par la dégradation des acides gras et la production de corps cétoniques. On parle ainsi de cétose.

La plupart des régimes cétogènes commencent par une restriction des glucides (20 à 50 g/j) pendant environ 2 mois avant de les réintroduire lentement. Ils ont tendance à réduire l’apport calorique.

Des effets limités dans le temps

Les auteurs canadiens ont passé en revue différentes études évaluant cette approche diététique. Leurs résultats étaient variables et parfois contradictoires avec au bout de 6 à 24 mois, des pertes de poids allant de 0,9 kg à 6 kg avec un régime cétogène comparativement à un régime faible en graisse.

Le taux d’abandon variait entre 13 et 84 %, selon les études.

Ces travaux ont surtout montré que les effets des régimes cétogènes sont limités dans le temps. La perte pondérale atteint un maximum à environ 5 mois, puis le poids est repris lentement.

Et des effets secondaires

Les effets indésirables sont fréquents, comprenant une constipation (33 %), une halitose (30 %), des crampes musculaires (28 % ; 3 à 4 fois plus par rapport aux régimes faibles en graisse) ; des céphalées, des diarrhées, des faiblesses et éruptions cutanées ont également été décrits.

Aucune revue systématique ni étude randomisée contrôlée ne s’est penchée sur l’effet sur la mortalité ou les maladies cardiovasculaires. Peu d’études existent concernant les conséquences d’un tel régime sur les risques cardiovasculaires, sur la survenue potentielle de stéatose hépatique non alcoolique, sur la résistance à l’insuline.

Il est important que ce type de régime se fasse sous la supervision de professionnels de santé.

Dr Sylvie Coito

Référence
Ting R et coll. : Ketogenic diet for weight loss. Canadian Family Physician, 2018, 64 (12) 906.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article