Suggestions pour assurer l’hygiène bucco-dentaire des patients âgés dépendants

Le nombre de personnes âgées est en constante augmentation. Cette population vieillissante nécessite des soins sur le long terme, soit dans des établissements dédiés  ou avec des infirmier(e)s ou aides-soignant(e)s à domicile. En Europe, ce sont près de 2,9 millions de personnes âgées qui bénéficient des services de personnels infirmiers pour leurs soins quotidiens, incluant leur hygiène bucco-dentaire (HBD).  Malheureusement celle-ci serait insuffisance dans 62 % des cas du fait des difficultés motrices et cognitives fréquentes chez ces patients, qui de plus sont souvent porteurs de matériaux buccaux divers, leurs dents naturelles étant supportées par des prothèses dentaires comme des bridges, des implants dentaires ou des prothèses amovibles, dont le personnel soignant ne connaît pas forcément les protocoles de nettoyage. 
Cette mauvaise HBD a des conséquences sur la santé : fonctionnalité incorrecte (avec des forces de mastication non équilibrées), dénutrition (par l’absence de dents non remplacées et l’incapacité de manger certains aliments de consistance trop dure par exemple)  et plus généralement possibles endocardites infectieuses en cas d’infections dentaires et parodontales ou déséquilibre d’un diabète de type II. De plus, cette mauvaise HB a des conséquences financières pour la sécurité sociale et aussi pour ces patients qui ont généralement de faible revenus et/ou économies, et peuvent rarement payer des soins dentaires de qualité et pérennes. 

Le personnel infirmier « aux premières loges »

Les infirmier(e)s et les aides-soignant(e)s sont les premiers acteurs susceptibles de jouer un rôle dans le maintient d’une bonne HBD chez leurs patients âgés dépendants. Mais deux principaux obstacles sont évoqués : 1) les comportements négatifs et/ou agressifs des patients concernant leur propre HBD ; 2) le manque de motivation et/ou de capacité physique des patients pour la réalisation des techniques d’HBD. 
Ces raisons ont conduit l’équipe d’Hoben et coll. à rechercher, par le biais d’une revue systématique de la littérature, les stratégies capables d’aider à de surmonter ces obstacles.

Seulement 4 études ont été retrouvées qui remplissaient tous les critères d’inclusion déterminés par les auteurs. Les stratégies proposées sont : 
a. Eduquer les infirmières et aides-soignants concernant les techniques d’HBD adaptées aux patients âgés et à leurs besoins en fonction de la complexité de leurs prothèses (brossage des dents naturelles, passage des brossettes inter-dentaires entre les couronnes en céramique, retrait et nettoyage de la prothèse amovible) ; 
b. Mettre en place des techniques d’hygiène dentaire individuelles et adaptées à chaque patient ; 
c. Encourager et motiver les sujets à assurer eux-mêmes leur propre HBD s’ils en ont la capacité physique ;
d. Agir sur « l’environnement » des patients : utilisation de miroirs et de brosse à dents ergonomiques, de rappels de couleur pour un brossage bi quotidien, etc.
e. Former du personnel soignant pour améliorer et réduire les comportements agressifs des patients déments et/ou non déments, concernant les soins dentaires ;
f. Former le staff médical grâce à l’intervention de spécialistes pour gérer les comportements agressifs des patients ayant des pathologies cognitives ;

Les infirmières et les aides-soignants peuvent effectivement modifier les comportements des personnes âgées dépendantes et les aider à améliorer leur qualité de vie et leur HBD (diminution du taux de plaque dentaire et de gingivite chez des patients dépendants). 
Cependant les conclusions de cette revue systématique se heurtent à un fort risque de biais du fait du faible nombre de publications étudiées et des limites méthodologiques. 
Néanmoins, les stratégies proposées et résumées  sont prometteuses. Elles peuvent être facilement mises en place et appliquées par les infirmières et les aides-soignants pour faire fasse aux problèmes posés par les soins et l’hygiène bucco-dentaire quotidiens de leurs patients dépendants. 

Dr Béatrice Ruiz

Référence
Hoben M et coll. : Effective strategies to motivate nursing home residents in oral care and to prevent or reduce responsive behaviors to oral care: A systematic review. PLoS ONE. 2017. 12(6):e0178913. DOI: 10.1371/journal.pone.0178913

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Utilisation des jets dentaires

    Le 06 novembre 2017

    Médecin intervenant dans des Ehpad depuis plus de 10 ans, je suis régulièrement confronté à ce problème. Le nettoyage de la bouche et des dents est régulièrement négligé par les infirmières qui utilisent des compresses et de gros coton-tiges... avec beaucoup de difficultés... et sans grand résultat. Les patients refusent d'ouvrir la bouche et mordent... L'hygiène bucco-dentaire est souvent déplorable.

    Je suis vraiment étonné que l'on ne parle pas de l'utilisation des jets dentaires qui peuvent être utilisés lors de la toilette sous le douche. Il existe des appareils alimentés par piles (pour éviter d'avoir un fil électrique avec les risques que cela comporte).
    Nous devons proposer un protocole de soins.

    Dr Jean-Marie Vinot

  • Rien ou presque dans les EHPAD !

    Le 07 novembre 2017

    Je suis tout à fait d'accord avec le Dr Vinot mais le protocole de soins est prévu pour quand ?
    J'ai exercé plus de 20ans en EHPAD et quelle galère pour trouver un dentiste qui veuille bien se déplacer. Une dame l'a fait un temps puis aucune relève à son départ. Donc, éduquer les soignants,j'entends bien, mais les praticiens aussi.
    Très souvent, et si c'est possible, le patient est amené chez le dentiste car il ne se déplace pas.Qu'en est-il des personnes grabataires ou ayant des troubles cognitifs ? Rien. Tout ça est à mettre en place mais comme les médecins coordonnateurs font défaut, les dentistes aussi.

    Donc négligence des soignants,je veux bien, MAIS négligence des dentistes aussi. Un dentiste empathique et impliqué pourrait très bien mettre en place des solutions adaptées.
    Mais les bouches des "vieux"n'attirent pas du tout !

    Annie Fenieys, IDE

Réagir à cet article