Verrues et molluscums chez l’enfant

H. AUBERT,

CHU de Nantes

Tous deux liés à des infections virales, verrues et molluscums représentent des pathologies dermatologiques courantes qui posent le problème de leur prise en charge.

Les verrues

Les verrues sont liées à une infection à HPV non oncogène. Les HPV responsables sont variables en fonction de la localisation et du type clinique de verrue (vulgaire : HPV 2, myrmécies : HPV 1 ; planes : HPV 3, 10 ; mosaïques : HPV 2, intermédiaires, translucides : HPV 60, 63). La transmission est directe interhumaine, ou indirecte, notamment viales sols humides. Il est important de savoir que les verrues régressent le plus souvent toutes seules : 65 % d’involution à 2 ans et 85 % d’involution spontanée à 4 ans(1). La forme clinique de myrmécies régresse plus rapidement que les verrues mosaïques en général. Le potentiel oncogène des HPV est lié aux oncogènes E6 et E7, qui dérégulent la prolifération cellulaire par leur affinité pour la protéine P53. Les HPV porteurs de ces oncogènes sont les HPV muqueux (16, 18, 31, 33) et HPV 5 et 8 (épidermodysplasie verruciforme).

La stratégie thérapeutique varie selon l’étendue des lésions et leur localisation.

Les différents traitements possibles sont :

– méthode de destruction : laser, éléctrocoagulation, cryothérapie, acide salicylique, kératolytiques, autres (urée, acide lactique) ;
– antimitotiques : bléomycine, rétinoïdes ;
– immunothérapies : 5FU, cimétidine, cidofovir, imiquimod;
– vaccins ?

L’abstention est possible au regard de la fréquence des régressions spontanées. Dans une revue systématique de la littérature, la cryothérapie n’est pas supérieure à l’abstention, seul l’acide salicylique a démontré un bénéfice par rapport au placebo(2). Si les lésions sont profuses (plus de 20) et touchent deux zones distinctes (mains et pieds, par exemple), il faut évoquer un déficit immunitaire. De nombreux déficits immunitaires peuvent être associés aux verrues(3). Il n’y a aucune recommandation d’éviction, notamment des baignades en piscine.

Molluscum contagiosum

Les molluscums contagiosum sont liés à une infection cutanée à poxvirus.

Cette affection est très fréquente, plus importante chez les patients atopiques comme cela est retrouvé dans plusieurs études. Dans la plus grande série d’enfants atteints de molluscums, qui est une série française, les enfants étaient en moyenne âgés de 6 ans, et 25 % d’entre eux avaient de l’eczéma. La fréquence des molluscums n’était pas associée aux baignades en piscine ou au mode de garde en collectivité. Les enfants qui se baignaient avec leur frères et sœurs avaient plus de lésions(4).

L’évolution est le plus souvent favorable en plusieurs mois. Dans une étude prospective récente, le temps de résolution moyen des molluscums était de 13 mois(5). Dans une revue systématique de la littérature, aucun traitement n’a fait la preuve de son efficacité(6), et dans une série récente, ceux-ci ne modifient pas l’évolution des molluscums(7). Les signes d’inflammation périlésionnelle (inflammation, nécrose) sont des marqueurs de régression spontanée des molluscums et sont souvent pris à tort pour des surinfections. Dans certains cas, on peut observer une réaction inflammatoire à type de Gianotti-Crosti, précédant la régression spontanée des lésions(8).

Différents traitements des molluscums possibles sont : abstention, curetage, cryothérapie, hydroxyde de potassium, imiquimod.

Il n’y a pas d’éviction recommandée (www.sante.gouv.fr).

Verrues anogénitales

La transmission est verticale périnatale chez les enfants de moins de 2 ans, et le plus souvent manuportée pour les plus de 2 ans. Les verrues anogénitales sont liées à HPV 6 et 11, mais d’autres types ont été rapportés. La transmission sexuelle est rare dans les études. Cependant, il faut systématiquement évoquer la notion d’abus sexuels au moins à l’interrogatoire, on ne réalise pas d’examen systématique sous anesthésie générale (AG). L’évolution peut être spontanément favorable.

Les traitements possibles sont : cryothérapie, imiquimod, podophyllotoxine, chirurgie, laser.

Références

1. Kuwabara AM et al. Children with warts: a retrospective study in an outpatient setting. Pediatr Dermatol 2015 ; 32(5) : 67983.
2. Kwok CS et al. Efficacy of topical treatments for cutaneous warts: a metaanalysis and pooled analysis of randomized controlled trials. Br J Dermatol 2011 ; 165(2) : 23346.
3. Sri JC et al. Generalized verrucosis: a review of the associated diseases, evaluation, and treatments. J Am Acad Dermatol 2012 ; 66(2) : 292311.
4. Osio A et al. Clinical characteristics of molluscum contagiosum in children in a private dermatology practice in the Greater Paris Area, France: a prospective study in 661 patients. Dermatology 2011 ; 222(4) : 31420.
5. Olsen JR et al. Time to resolution and effect on quality of life of molluscum contagiosum in children in the UK: a prospective community cohort study. Lancet Infect Dis 2015 ; 15(2) : 1905.
6. Van der Wouden JC et al. Interventions for cutaneous molluscum contagiosum. Cochrane Database Syst Rev 2009 ; (4) : CD004767.
7. Basdag H et al. Molluscum contagiosum: to treat or not to treat? Experience with 170 children in an outpatient clinic setting in the Northeastern United States. Pediatr Dermatol 2015 ; 32(3) : 3537.
8. Berger EM et al. Experience with molluscum contagiosum and associated inflammatory reactions in a pediatric dermatology practice: the bump that rashes. Arch Dermatol 2012 ; 148(11) : 1257.

Copyright © Len medical, Dermatologie pratique, mars 2017

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article