ENDOMINA, peut-être le futur de la Sleeve gastroplastie

Après le succès de la Sleeve gastrectomie dans la prise en charge de l’obésité morbide avec une amélioration drastique de ses comorbidités et le syndrome métabolique, les endoscopistes ont commencé à mettre au point, à partir de 2013, la triangulation indispensable à la fabrication de nœuds pour réduire la cavité gastrique. La gastroplastie trans-orale ou SGE (Sleeve Gastroplastie Endoscopique) est ainsi née avec l’ambition de remplacer sa grande sœur chirurgicale même si les premières sutures sous muqueuses n’offraient pas de résultats bien probants à un an, tandis que les machines à coudre n’étaient pas faciles à utiliser.

Cette intervention bariatrique dépend de l’entraînement de l’opérateur, dure actuellement deux heures dans sa phase expérimentale et s’améliore grandement après 5 procédures. Il s’agit d’amalgamer les plis fundiques pour réduire le volume gastrique, ralentir la vidange gastrique et diminuer la satiété. Les sutures trans-murales, débutent à l’aplomb de l’angulus, se poursuivent vers la grosse tubérosité et permettent des appositions successives entre les deux séreuses. Grâce à un dispositif, équipé de deux aiguilles latérales engainant l’endoscope, ces sutures resserrent progressivement les plis fundiques (cf photos ci contre). Quatre à 5 doubles plicatures successives, effectuées d’avant en arrière, sont pratiqués en une séance chez un patient sous anesthésie générale.  Les suites sont simples avec des douleurs régressives sous antalgiques et IPP.

Quinze patients traités

Jusqu’à présent 15 patients (11 en Belgique et 2 en Allemagne) avec un IMC allant de 30 à 40 kg/m2 ont bénéficié de la technique Endomina (Endo Tools Therapeutics). La médiane de la perte de poids s’établit, sur de courtes séries, à -10,9 kg, soit 41 % de la masse corporelle excédentaire après un suivi de 6 mois.

De plus larges études, randomisées, comparant la technique chirurgicale et endoscopique avec un suivi bariatrique à 1, 3 et 5 ans sont nécessaires pour confirmer l’intérêt de cette nouvelle gastroplastie transorale ; celle-ci paraît moins vulnérante que la Sleeve Gastrectomie qui s’accompagne, dans 10 % des cas, de redoutables complications postopératoires avec des ulcères, péritonites, lâchages de sutures à l’origine de décès. Elle vient concurrencer l’Apollo Overstitch, autre méthode d’agrafage gastrique qui a démontré son intérêt par rapport à la pose d’un anneau gastrique ajustable sans atteindre les bons résultats de la Sleeve gastrectomie chirurgicale. La perte de poids médiane est de 12,9 kg à 3 mois et 16,4 kg à 6 mois chez 112 patients analysés dans une étude australienne et américaine avec 2,7 % de complications sévères.

L’essor des techniques endoscopiques devrait ainsi bénéficier aux patients « réfractaires » à la chirurgie bariatrique, ainsi qu’à ceux qui présentent un IMC entre 28 et 35. En France l’inclusion des patients dans des études prospectives testant ces deux techniques est en cours dans les centres spécialisés qui s’intéressent à ces alternatives endoscopiques bariatriques en plein essor.

Dr Sylvain Beorchia

Références
Wallstabe I, Oberaender N, Weimann A et Schiefke I : Endoscopic sleeve gastroplasty using the novel Endomina device for morbidly obese patients. Endoscopy 2018; 50(11): E327-E328 DOI: 10.1055/a-0667-769

Sartoretto A, Zhixian Sui, Hill C et coll. : Endoscopic Sleeve Gastroplasty (ESG) Is a Reproducible and Effective Endoscopic Bariatric Therapy Suitable for Widespread Clinical Adoption : a Large, International Multicenter Study
ObesitySurgery 2018, 28 (7): 1812-1821

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article