Un vaccin contre Ebola très efficace

C’est une information majeure qui vient d’être publiée le 22 décembre dernier sur le site de la revue britannique The Lancet. Une équipe de chercheurs internationaux,  sous l’égide de l’Organisation Mondiale de la Santé vient de démontrer pour la première fois l’efficacité d’un vaccin contre Ebola.

Ce virus hautement mortel, découvert en Afrique en 1976 a fait plus de 11 300 morts en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016. Il s’agit donc d’une découverte de « rupture » contre  une maladie  redoutable.

Le vaccin VSV-EBOV testé est une forme recombinante atténuée du virus de la stomatite vésiculaire exprimant une protéine de surface de la souche Zaïre du virus Ebola ; il a été mis au point par l’Agence de la santé publique du Canada, puis donné sous licence à New Link Genetics, et plus tard à Merck & Co. L’essai a été conçu par un groupe d’experts du Canada, des USA, de la France, de la Guinée, de la Norvège, du Royaume-Uni, de la Suisse, et de l’OMS.

Pas d’infection parmi les contacts vaccinés immédiatement

L’essai a débuté en mars 2015 dans plusieurs régions de Guinée et du Sierra Leone. L’objectif était d’évaluer l’efficacité d’une dose unique de vaccin par voie intramusculaire. Les personnes vaccinées étaient les contacts directs d’un patient infecté par le virus Ebola et les contacts de ces contacts. Deux groupes ont été comparés : 2 119 contacts de 51 patients vaccinés immédiatement et  2 041 contacts de 47 autres patients vaccinés de manière différée, trois semaines plus tard.

Les résultats préliminaires de cet essai publié dans The Lancet sont sans appel : il n’y a eu aucun cas de maladie chez les contacts des cas d’Ebola vaccinés immédiatement. L’efficacité du vaccin serait donc de 100 %, selon les auteurs de l’étude. Par ailleurs, il n’y a pas eu de cas parmi l’entourage élargi des personnes vaccinées. En revanche, 23 cas sont à déplorer dans  le groupe des contacts  vaccinés de manière différée.

Les effets secondaires sont restés limités, même si 53,9 % des personnes vaccinées se sont plaintes dans les 14 jours suivant l’injection, de maux de tête, fatigue ou douleurs musculaires. A noter cependant qu’un un patient a présenté des signes d’allergie, un autre une réaction fébrile, et un troisième un syndrome grippal.  Tous ont récupéré sans séquelle.

Ces premiers résultats ont conduit à proposer dès la fin juillet 2015 une vaccination immédiate de tous les sujets contacts. Selon les auteurs de l’essai, cette stratégie aurait permis de contrôler l’épidémie d’Ebola qui a frappé l’Afrique de l’Ouest.

« Beaucoup d’efforts ont été faits par les plusieurs gouvernements après 2001, pour mettre au point un vaccin contre Ebola, notamment en raison des craintes d’une utilisation de ce virus comme arme biologique, mais sans résultat jusqu’à ce jour, explique Thomas W Geisbert (Université du Texas) dans un éditorial accompagnant l’article. Ces nouvelles données suggèrent fortement que ce vaccin  est  efficace contre le virus Ebola. Mais certaines questions restent en suspens et notamment combien de temps ce vaccin est-il efficace ? Néanmoins, 40 ans après la découverte d’Ebola, nous disposons désormais d’un vaccin efficace contre cette maladie. »

Dr Martine Perez

Référence
Henao-Restrepo AM, Camacho A, Longini IM, et coll. : Efficacy and effectiveness of an rVSV-vectored vaccine in preventing Ebola virus disease expressing Ebola virus surface glycoprotein: final results from the Guinea ring vaccination, open-label, cluster-randomised trial (Ebola Ça Suffit!) Lancet 2016; publication avancée en ligne le 22 décembre. doi.org/10.1016/ S0140-6736(16)32621-6.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article