HTA mal contrôlée, vraie résistance ou manque d’observance ?

L’hypertension artérielle résistante est un sujet de préoccupation. Les patients dont l’hypertension artérielle est non contrôlée ont deux fois plus de risque d’accident cardiovasculaire que les hypertendus bien contrôlés. L’incidence et la prévalence de l’hypertension résistante sont toutefois difficiles à évaluer. Une méta-analyse publiée en 2015 estimait que sa prévalence se situait entre 14 % et 16 % de tous les patients hypertendus. Il semble qu’une mauvaise observance du traitement serait responsable une fois sur 2 du mauvais contrôle de l’hypertension.

Le British Medical Journal publie les résultats d’une étude de cohorte longitudinale portant sur 1,3 million de patients hypertendus. L’objectif de l’étude, menée de 1995 à 2015, était d’évaluer l’incidence et la prévalence de l’hypertension résistante chez des patients bien « observants ». Etait considérée comme résistante une hypertension ≥ 140/90 malgré une trithérapie bien suivie incluant un diurétique, ou une hypertension nécessitant une quadrithérapie et assortie là aussi d’une bonne observance. L’observance était évaluée par les intervalles de renouvellement des prescriptions.

Des chiffres élevés malgré un traitement bien suivi, une situation pas si rare

L’étude confirme que l’hypertension réellement résistante, malgré un suivi correct du traitement, n’est pas une situation rare, mais toutefois moins fréquente que le suggérait la méta-analyse de 2015. Son  incidence augmente par paliers entre la fin des années 90 et le milieu des années 2000, avec un pic à environ 2 cas pour 100 personnes-années en 2004. Puis elle régresse progressivement, jusqu’à 0,4 cas pour 100 personnes-années en 2015. Quant à la prévalence, elle augmente régulièrement de 1,8 % en 1995 à 7,8 % en 2007, puis se maintient en plateau, pour redescendre doucement à 6,5 % en 2015. Les sujets de plus de 80 ans sont plus nombreux à présenter une hypertension résistante pendant la durée d’observation que ceux de 65-69 ans.

Ces données montrent que l’hypertension résistante reste fréquente et que des efforts continus doivent être faits pour réduire encore son incidence. Plusieurs points d’intervention sont suggérés par les auteurs, pour réduire la marge des patients non contrôlés pour cause de mauvaise observance des traitements. Il s’agit notamment de vérifier régulièrement l’observance et de la faciliter en choisissant des traitements ne nécessitant qu’une seule prise quotidienne, si possible des associations fixes. L’éducation thérapeutique ciblée, l’encadrement par le médecin généraliste, le pharmacien et les infirmières peuvent être aussi des pistes intéressantes d’amélioration.

Dr Roseline Péluchon

Références
Sinnott ST et coll. : Trends for prevalence and incidence of resistant hypertension: population based cohort study in the UK 1995-2015
BMJ 2017;358:j3984

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article