Acide tranexamique inhalé dans le traitement de l'hémoptysie : on sniffe !

L'acide tranexamique (AT) est un analogue synthétique de la lysine dont l'activité antifibrinolytique se traduit par l'inhibition de l'activation du plasminogène en plasmine et par le blocage de l'action de la plasmine sur la fibrine. L'administration systémique d'AT peut réduire la perte sanguine chirurgicale, aider à contrôler un saignement utérin anormal ou une hémorragie d’origine traumatique. Jusqu'à ce jour, aucune étude prospective n'avait été menée sur son efficacité par inhalation dans le traitement de l'hémoptysie.

C’est désormais chose faite avec cet essai comparatif randomisé, à double insu, mené chez 47 patients âgés de plus de 18 ans, ayant présenté des hémoptysies de diverses étiologies ; ils ont été répartis de façon aléatoire pour recevoir, soit l'AT nébulisée (500 mg / 5 mL, 3 fois par jour, n = 25) ou un placebo (sérum salé 0,9 %, n = 22). L’âge moyen est de 66 ± 11 ans,  il y a 74 % d’hommes, 64 % de fumeurs, 66 % d’antécédents de maladie pulmonaire ; 9 patients de chaque groupe présentaient une tumeur maligne du poumon ; plus de la moitié des patients étaient traités avec des anticoagulants ou des antiplaquettaires à l'admission ; on ne note pas de différence entre les groupes quant à l'administration d'antibiotiques (71 % et 73 % dans le groupe témoin et le groupe TA)  ; pas de différences non plus  dans les caractéristiques d'admission entre les deux groupes d'étude ou dans les causes de l'hémoptysie (p = 0,20).

Résolution de l’hémoptysie dans les 5 jours plus fréquente

Ont été exclus : hémoptysie massive (> 200 mL/24 h), instabilité hémodynamique ou respiratoire, grossesse, les insuffisances rénales (créatininémie > 3 mg/dL ou nécessité d'un traitement de substitution rénale), les insuffisances hépatiques (taux de bilirubine > 2 mg/dL ou d'aspartate aminotransférase > 3 fois la limite supérieure de la normale), les coagulopathies (rapport international normalisé > 2), une hypersensibilité connue à l'AT ou traitement avec AT avant dépistage. Les taux de mortalité et de récidive de l'hémoptysie ont été évalués à 30 jours et à 1 an.

L'AT inhalée a été associée à une réduction significative du volume sanguin expectoré à partir de J2 après l'admission. La résolution de l'hémoptysie dans les 5 jours suivant l'admission a été observée chez un plus grand nombre de patients traités par AT que chez ceux recevant le placebo (96 % vs 50 % ; p < 0,0005). La durée moyenne d’hospitalisation a été plus courte pour le groupe AT (5,7 ± 2,5 jours vs 7,8 ± 4,6 jours ; p = 0,046), avec moins de patients nécessitant des interventions invasives - bronchoscopie interventionnelle, embolisation sous angiographie - (0 % vs 18,2 % ; p = 0,041). Aucun effet secondaire n'a été observé dans les deux groupes au cours de la période de suivi. De plus, le taux de récidive à un an a été très faible (p = 0,009).

Voici donc un procédé simple et efficace à utiliser chez les patients atteints d'hémoptysie non massive.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Wand O, Guber E, Guber A, Epstein Shochet G, Israeli-Shani L, Shitrit D : Inhaled Tranexamic Acid for Hemoptysis Treatment: A Randomized Controlled Trial. Chest. 2018; 154: 1379-1384. doi: 10.1016/j.chest.2018.09.026.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Pas assez cher mon fils !

    Le 07 janvier 2019

    Ce médicament merveilleux (efficace, pas cher et pas dangereux : c'est bien une merveille) ne bénéficie d'aucune promotion du fabricant, car tombé dans le domaine public, et pas assez cher pour être rentable.
    Et silence assourdissant sur le développement et les recherches fondamentales susceptibles de pouvoir être lancées à partir de cette valeur sûre ...

    Dr F Chassaing

  • Une question sur les nébulisations d'acide tanexamique

    Le 10 janvier 2019

    Quel genre de nébulisation est utilisé pour l'acide tranexamique ? Pneumatique? Ultrasonique ?

    Dr Eric Goarant

Réagir à cet article